Version HTML ?



Illusion d'étreinte

J'ai fermé les yeux
Aux portes du rêve
Apaisé heureux
J'ai étreint ton corps
Sans bouger sans trêve
De plus en plus fort
Je t'ai vu sourire
De tout ton regard
Brillant comme un phare
Aux feux de saphir
Je me sentais fort
Libre et sans chagrin
Je t'ai embrassé
Encore et encore
Fou émerveillé
Comme aux anciens matins.

*

Je me suis éveillé.
Ton ombre entre mes bras
Ruisselait de larmes vaines
Je sanglotait tout bas
Sous le regard figé
De la mort inhumaine.

*

Mon cadavre adoré
Je reviens à la porte
Mais je la franchirai
Dans mon obscurité
Je la retrouve enfin
La clef est dans ma main
Un rasoir - peu importe
La lame ensanglantée
Sombre dans l'eau du bain
Nous marchons tous les deux
Tu parles de colombes
Un rire au fond des yeux
Mais déjà le jour tombe
Je vacille et m'endort
- Léger et sans remords.

Ecrire à Syldorrynn
© Syldorrynn



Publication : Concours "Les Portes du Rêve" (Janvier 2001)
Dernière modification : 07 novembre 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Syldorrynn
Naissance d'une Ombre d'Ame
Telglin
La Porte des Rêves illustré par Elemmirë  
Vifsorbier
L'Auberge
Maha-na-la illustré par Colibri
Yasbane
Restons-en aux lardons  
Chimik One
La Porte des Rêves
Everman
Mysthalos Cormyrian et les sept portes du Rêve
Melmiriel
Porte des rêves
Onirian
Conte
Syldorrynn
Illusion d'étreinte
ze-poete
Rêve ou réalité

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 763 ms - 240 connectés dont 2 robots
2000-2022 © Cercledefaeries