Version HTML ?



Conte

Dehors, l'orage se fait entendre... un sourd grondement, mais étrangement, celui-ci, est rassurant. Assis dans un fauteuil près de la cheminée, un homme. Son visage est sans âge. Accompagné du crépitement du feu, il raconte une histoire à trois enfants, assis à ses pieds.

Un éclair joue avec la description du Chevalier Maudit, et le tonnerre se fait l'écho du martèlement de ses sabots.

Des regards émerveillés, trois enfants en sécurité, qui savent que ce Cavalier ne peut entrer en ce lieu, si ce n'est par le bon vouloir d'un Conteur de Légendes. Les combats se font épiques, tandis que le chien se retourne dans son panier. Une maison chaude autant que, dans le dehors, le temps fouette les Arbres de sa pluie. Un royaume qui tremble sous la menace, un être visité des Dieux qui lui ont fait don de l'Epée Sacrée, tandis que dans l'encadrure de la porte, une femme contemple, le regard amusé. Elle écoute le son des peurs pour se faire rire, elle écoute le sourire de l'enchanteur enchanté, elle se fait l'écho de l'espoir d'un renouveau, en apportant quelques gâteaux.

Les épées s'entrechoquent, les Dieux se déchaînent à travers quelques mots, les coeurs se serrent pour la blessure profonde de l'Elu et le triomphe du Mal. Dehors, l'Orage fait rage, et chaque souffle de vent devient la lame sifflante des hommes d'arme du Cavalier.

Puis le silence vient... Des yeux captivés, apeurés, émerveillés aussi, attendent avec anxiété la chute ou la renaissance...

Un coup de tonnerre fait trembler les vitres tant il est proche, la lumière vacille, tremble, et s'éteint. Une bougie s'illumine au milieu du salon éclairé par les lueurs d'un feu réchauffant l'âme autant que le corps.

L'Elu se relève alors, souffrant mille morts. Il s'avance au devant d'une mort certaine, mais dans ses yeux se reflète la lueur des flammes dans une maison de campagne. Il empoigne son épée. Un nouvel éclair.

"Ton Règne va Cesser aujourd'hui, vile Créature de Satan. Je suis l'Elu, et par cette Lame, Tu vas Périr !"

Son pas se fait grondement, et ses yeux plus brillant. Un combat à nulle autre pareil, tel qu'il n'y en eu jamais plus de semblable dans le royaume, Dieux contre Dieux. A chaque parade, à chaque coup porté, chacun puisait sa force dans les Dieux de son Âme.

Puis soudain... un cri déchirant la plaine. La terre qui tremble.

Dehors, la pluie se fait plus douce, et les nuages moins noirs... l'orage s'éloigne. Un rayon de soleil tombe sur le visage d'un homme à genoux. Cet homme pleure. Il pleure la guerre, il pleure ses souffrances, mais surtout il pleure de délivrance. A ses cotés, gît un être noir, le visage déformé par un rictus de Haine, l'Epée Sacré, planté en son poitrail.

Les nuages et la peur se dissipent, un conte de bonheur, entre Rêve et Réalité. Des visages qui sourient, auprès d'un feu, à la lueur d'une bougie, le Bonheur d'une Vie.

Ecrire à Onirian
© Onirian



Publication : Concours "Les Portes du Rêve" (Janvier 2001)
Dernière modification : 07 novembre 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Syldorrynn
Naissance d'une Ombre d'Ame
Telglin
La Porte des Rêves illustré par Elemmirë  
Vifsorbier
L'Auberge
Maha-na-la illustré par Colibri
Yasbane
Restons-en aux lardons  
Chimik One
La Porte des Rêves
Everman
Mysthalos Cormyrian et les sept portes du Rêve
Melmiriel
Porte des rêves
Onirian
Conte
Syldorrynn
Illusion d'étreinte
ze-poete
Rêve ou réalité

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 425 ms - 826 connectés dont 1 robot
2000-2022 © Cercledefaeries