Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Commentaire Estellanara, exercice n°101 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Mercredi 19 juin 2013 à 23:14:27
Ouahouou ! Je suis totalement époustouflée ! Par la violence du texte, par ta maîtrise, par tes connaissances en matière de vaudou...Certes, âmes sensibles s’abstenir. Mais pour les autres, c’est un texte fort qui nous bouscule, nous tient en haleine, nous embarque à la limite des possibles... Le vaudou, religion mystérieuse et exotique, à qui l’on attribue tant d’évènements étranges... On a beau être cartésien, se dire que ça n’atteint que ceux qui y croient... Mais et si... Tout le texte est construit sur ce « et si », et le lecteur se rassure en se disant que c’est une fiction. Mais si...
Il est vrai que dès la réapparition du héros dans la pièce commune on se doute de l’issue, mais ta manière de décrire les évènements nous tient en éveil, en particulier par la réaction des autres membres de la famille devant celui qu’ils croient être leur mari et père. Ça, c’est très bien vu. Le passage au présent rend le moment plus fort, même si le retour au passé simple est un peu abrupt. L’intervention de la femme relance le suspense, et celle du fils, aussi inattendue que jubilatoire, relance l’histoire dans l’avenir.


Bricoles :
-Une douce lumière filtrant des rideaux tirés : la scène est statique. J’aurais dit « filtrait »
- ^ : traîner, surcroît, mais en revanche : aussi fort qu’il le put
- l’air... se chargea d’électricité statique : Sûrement. Mais « statique » ,par l’élément scientifique qu’il amène, atténue la force. On est dans l’émotion, la terreur. La science n’y a pas sa place.
- d’avantage : davantage
- Hors, nul de notre sang ne trépasse... : Or ?
- et ils pleureront tes ennemis : pleureront, tes ennemis ; sinon ça crée la confusion
- ne me tues pas : « tu me tues » , mais « ne me tue pas »
- son pas avait l’élégance... de celui d’un tigre : c’est juste, mais je pense que « d’un tigre » suffit : c’est moins lourd, et le tigre tout entier est élégant et puissant
- Et il dégageait une aura : ce « et » -là n’est pas indispensable.
- toute à l’heure : tout
- ce dieu là : ce dieu-là



Je me suis demandée, à la troisième lecture, si Earl n’avait pas repris possession de son corps juste avant le dernier meurtre. Ce qui serait très très fort... Mais si c’est le cas, un petit signe supplémentaire, siouplaît, pour le lecteur qui ne te lirait qu’une fois...
C’est un texte excellent, choquant, décoiffant, mais vraiment talentueux. Plus encore que l’histoire en soi, c’est ta manière de l’écrire qui m’a plu. La manière de commencer, les détails cohérents qui s’enchaînent, et en particulier le masque qui ne recouvre que le haut du visage, et la fin glaçante par le retour de Earl et l’attitude du fils... Mention très bien !
Narwa Roquen, scotchée!


  
Ce message a été lu 3757 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
4 Merci pour ta lecture ! - Estellanara (Lun 1 jul à 09:08)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 110 ms - 220 connectés dont 1 robot
2000-2020 © Cercledefaeries