Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Commentaire Estellanara, exercice n°33 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Samedi 22 mars 2008 à 12:12:44
« Ce n’est pas complètement épistolaire mais c’est le même genre. »
Le même genre... mais pas la même chose. La lettre suppose un échange, une relation à l’autre, un Autre. Cette dimension-là est totalement absente. Je dois dire loyalement que ça n’aurait pas du tout convenu à cette histoire, qui est celle d’une solitude extrême. Mais il y a d’autres histoires...
Donc c’est le portrait hyperréaliste d’une adolescente dépressive, dans un contexte socio familial difficile, et qui, à la suite d’une rencontre avec un être imaginaire – ou une hallucination - finit par se défénestrer.
L’ensemble est parfaitement cohérent, le langage de l’adolescente est bien rendu, la situation plausible. La technique est parfaitement maîtrisée. L’ambiance est, je l’ai dit, hyperréaliste, sans fioritures. C’est l’horreur quotidienne disséquée sans concession. Pas la moindre lueur d’espoir, pas le moindre projet souriant, tout tourne autour d’une vie mortifère et d’une mort libératoire. Même « l’ami » ectoplasmique, pour apaisant qu’il soit, est vecteur de mort. L’apparition progressive et de plus en plus précise de ce dernier est bien décrite.
Cependant mon impression d’ensemble est plutôt mitigée ; en tant que lecteur lambda, je trouve le texte pénible, de par son extrême violence à laquelle je ne trouve pas de justification. Par ailleurs, sur un site comme celui-ci, où les lecteurs sont en majorité jeunes, je suis assez réticente devant ce qui peut être interprété comme une apologie du suicide. Le format « nouvelle » ne laisse aucune place à l’explication, à l’élaboration, à la réflexion – et donc au détachement. On prend un coup de poing dans le ventre, c’est efficace, ça fait mal, d’accord, mais ma question est : à quoi ça sert ? Le lecteur ne peut même pas se retrancher derrière la satisfaction intellectuelle du petit intermède fantastique (ce n’est pas de la fantasy), parce que le contexte est trop prégnant, ni derrière l’esthétisme du langage puisque c’est du langage parlé, réaliste.
Nous parlons ici de littérature. Alors je te demande : que voulais-tu dire au lecteur ?
Narwa Roquen, perplexe


  
Ce message a été lu 5150 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
4 Explications, attention spoiler ! - Estellanara (Sam 22 mar 2008 à 19:13)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 705 ms - 168 connectés dont 2 robots
2000-2021 © Cercledefaeries