Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Commentaire Onirian, exercice n°132 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Dimanche 31 aout 2014 à 22:26:00
C’est un texte dur, violent, qui donne à voir une situation horrifiante de réalisme. Le langage est paradoxalement métaphorique, calembouresque et décalé, s’accordant aux voyages mentaux du toxicomane. Le contraste entre les deux fait toute la valeur de ce récit, et qui plus est les effets de style permettent au lecteur de s’accrocher à la forme pour ne pas sombrer dans le fond. Par ailleurs c’est truffé de clins d’oeil littéraires ou cinématographiques ; chaque mot compte, chaque phrase est à apprécier lentement, dans sa saveur et dans ses arômes. La lecture reste éprouvante, mais pas insupportable.


Bricoles :
- Un concert d’applaudissement : applaudissements ( 2 fois)
- Que j’aurai du jeter : j’aurais dû
- Eclats mortifères d’ocre séchés : ocres séchés ou ocre séché
- Tout petits, tout blanc : blancs
- Dieu... se mets à exister : se met
- Comme si les Yeux dégueulait : dégueulaient
- Ce ne sont vraiment les remparts d’une prison : vraiment pas
- On est tous perdant : perdants
- Je faibli : je faiblis
- Avant que les Yeux ne m’aient rattrapés : rattrapé
- Moi qui ait troqué mon nom : qui ai
- Les autres ce sont effacés : se
- Tu me manque tellement : manques


Tu as bien respecté la consigne, quoique parfois de manière tangentielle, en juxtaposant des mots, débouchant parfois sur des phrases et parfois non, et non des phrases « tout venant » commençant par une lettre donnée. Mais je pinaille ! Dans le texte c’est bien amené et ça s’intègre parfaitement.
On ne sort pas indemne de cette lecture, preuve que tu as bien fait ton travail. Le ton du narrateur, apparemment détaché de son propre sort ( ce qui est cohérent avec son état), est effectivement beaucoup plus efficace que son auto-apitoiement. Encore un poète qui disparaît... Et un auteur qui se confirme. Félicitations !
Narwa Roquen, le retour


  
Ce message a été lu 5127 fois

Smileys dans les messages :


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 562 ms - 112 connectés dont 1 robot
2000-2022 © Cercledefaeries