Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA-Exercice 131 - Abécédaire Voir la page du message Afficher le message parent
De : Onirian  Ecrire à Onirian
Page web : http://oneira.net
Date : Mercredi 2 juillet 2014 à 10:04:00
Les Yeux Mescals


Un concert d'applaudissement me sort de ma torpeur. J’entrouvre péniblement les yeux tandis que ma tête reprend sa lutte éternelle contre la gravité. La salle de concert ressemble à une cave miteuse aux murs lépreux et mon public... dix ou quinze yeux mescals qui plongent dans des mondes intérieurs. Les applaudissement cessent : le métro est passé.
Ma respiration est difficile, le monde tangue, le bateau n'est pas stable. Alors ma pieuvre de main attrape une bouteille d'alcool pirate pour lui faire larguer les amarres dans mon gosier. Je manque de m'étouffer, balayé par une vague éthylique venue par tribord arrière.

Le rire triste d'un marin d'infortune me donne envie de pleurer. Voilà pour l'amer. Je lance mes tentacules à la recherche du paradis. L'océan se retire déjà, trop vite, toujours trop. Il y a une petite fenêtre face à moi, un rectangle blanc au sommet d'un mur laid comme le cancer, elle donne sur un trottoir.
Nous sous-vivons sous terre, nous, les Yeux Caves.
Mes doigts trouvent la clef, un petit cylindre de verre que j'aurai du jeter mille fois et qui aura ma peau, et la ramène jusqu'à moi. J'observe les petites graduations, avec les petits chiffres, ça fait comme une échelle. Peut-être que si j'arrivais à attraper le premier barreau je pourrais grimper jusqu'à la lumière ?
L'idée est fascinante, je superpose les petites graduations et le rectangle de vie. Et ... !

Les Yeux Mescals m'ignorent, pourtant, je viens de trouver la lumière, la lumière, la lumière !
L'air se raréfie, mais ce n'est pas important, ce n'est pas l'important. Il faut d'abord remplir l'échelle, comment décoller sinon ? Il faut, il faut.
Mes doigts tremblent trop sous l'excitation, trois fois le tube d'une transparence douteuse et aux éclats mortifères d'ocre séchés m'échappe des mains, alors, cette fois encore, je laisse le Capitaine Fléo, ce bon vieux Capitaine Fléo, prendre les commandes pour retrouver les gestes.
Plus de concert, plus d'océan, mais une plage blanche, oh oui, blanche ! Une plage bien rangée dans des petits sachets, tout petits, tout blanc. L'ordre c'est important, à vos ordres Capitaine Fléo ! Oh Capitaine, mon Capitaine ! Tous sous le pont ! Protégez la cargaison ! Les Yeux ne doivent pas marcher sur notre plage-bande, oui mon Capitaine. Des applaudissements de métropole nous saluent mon Capitaine ! Chantons mes amis ! Armez les canons ! Pique en avant ! Une quinte de toux, je crache du sang. Un poulpe glaireux aux fils de soie prend le large. Mais le Capitaine Fléo n'en a cure, non, pas de cure, alors il tire !
Et il tire.
Et il tire...

Est-ce que ma respiration est plus facile ? C'est Dieu vous savez. Oui Dieu, Dieu enfin. C'est à cause de Lui, tout ça... Tout ça. Et tous les Yeux Mescals, quand ils sont capables d'autre chose que le manque et la peur, et même quand ils manquent et ont peur, sont d'accord avec ça. Quand on grimpe dans le train aux rails blancs, ce train éthylique et fumigène, alors Dieu, Dieu enfin, se mets à exister. On passe d'un monde infiniment triste, habité seulement par cette solitude d'orphelin, un monde d'un ennui lacrymal en phase terminale, à un monde de lumière, ou Dieu, Dieu enfin, peut exister. Et alors, qu'importe la chute, s'Il est là pour nous prendre la main. Petit, relève-toi, n'aie pas peur, tu n'es plus seul, je suis là.
Je regarde mes mains osseuses, mes pieds nus, décharnés, noirs, mon t-shirt sale, mon froc troué, le sol dur. Et il y a les odeurs de pisse, de sang, de gerbe, et ces murs ravagés, comme si les Yeux dégueulait leurs relents putrides plutôt que simplement se contenter de regarder. Ce ne sont vraiment les remparts d'une prison, plutôt des barrières pour protéger les autres de la honte de nous voir, nous, nous, les Yeux Mescals. Je hais cette lucidité. Lucidité...
Lumière... Je cherchais quelque chose non ? Oui, il y avait quelque chose, quelque chose de très important, très important, qu'est-ce que c'était ? Ce n'est pas le carmin buriné qui s'échappe de mes lèvres, ce n'est pas... Oh, des applaudissements ! Merci ! Merci à tous ! Le voyage va reprendre mes amis, oh oui, il va reprendre, mais je dois... Un truc de lumière...
L'échelle ! Oh oui, oui, l'échelle ! L'échelle ! Je vais gravir l'échelle ! Les petits barreaux, tout petits ! Je prends mon échelle et je la mets devant la lumière. L'échelle tremble, mais je me concentre de toute mes forces, je l'accroche à la lumière, je dois être précis. Je dois la gravir ! Là, je ne tremble plus.
Mais je suis trop grand. Comment, comment, comment ?
On devine encore les petits chiffres à demi effacés à côté des barreaux, c'est peut être un code ? Le Capitaine Fléo est parti hanter d'autres Yeux, sous d'autres noms, le chant m’appelle, l'océan, je veux gravir, je veux. Des petits chiffres, et des lettres. Oui, oui, des mots, il me faut des mots pour monter là-haut ! Et il faut les dire dans l'ordre bien sûr, lettre par lettre, et ne pas trébucher. Je vais les dire, les dire.
Applaudissement, Absurde, amphétamine, ascension, le voyage commence.
Barreau, oui, j'ai gravi le premier, le premier bateau vers la lumière, et les Yeux Mescals n'y voient rien, n'y croient pas, restent à quai.
Cannabis, cocaïne, cri, crève, carreau.
Détritus, décharné, déjanté, défait, détruit, désolé mon amie.
Errer, erreur, comment j'en suis arrivé là ?
Faible, et fort aussi, je suis faible, mais cette ascension, je vais la réussir, et je vais laisser les Yeux en bas, et le Capitaine Fléo, mon poto que j'hais, et les murs maudits de cette cave, et le sol dur, et le sol dur.
Guerre, on est tous perdant dans cette guerre, guerre, guère de vainqueur, gare, gare.
Haine, Hauteur, je crache encore ce sang pauvre, l'effort est surhumain, je faibli, c'est si haut, si haut, mais le tombeau de lumière m'attend.
Infernal, les enfers, l'enfer, l'enfermé, l'ivre, libre.
Joie, parce que les barreaux, je m'y accroche, et j'y accroche tous mes mots, comme un testament, je vais voler, je vais rejoindre Dieu, Dieu enfin, quitte à le créer moi-même s'Il ne veux pas de moi.
Kaléidoscope, les Yeux Mescals sortent de leur torpeur, et ils me regardent, et je me vois par eux, et je les vois par eux, Kaléidoscope, les plus lucides, ou les plus avides, en veulent à ce qui me reste de plage, le Capitaine Fléo me vengera, il n'oublie personne, il est caché dans les petits sachets, il ne perd jamais.
Lumière, lumière, lumière, lumière, lumière, lumière.
Merveille, je pleure, Mescal, je pleure.
Nuée, les Yeux, certains se rapprochent, ils savent, nous savons toujours, je ne sais pas pourquoi, mais nous savons toujours, avant même que ça se produise, nous savons, j'ai su, et je sais.
Oui. Oui. La seule prière qui vaille encore la peine : oui.
Prix, Dieu, Dieu enfin, que Ton prix est élevé, je n'ai plus la force de regretter, à peine celle de gravir ces barreaux avant que les Yeux ne m'aient rattrapés ou que le Capitaine Fléo reparte à l'abordage, partir avant de perdre encore.
Qui, qui se souviendra de moi, moi qui ait troqué mon nom, mon nom contre un titre de Capitaine ?
Rien, rien, rien, rien, RIEN, Rien, Rien, et peut-être moins encore.
Seul, sang, souillé, il y a celui que je crache, rouge terne d'une vie en demi-teinte, blanc de rêves effilochés, noir de bile, et celui de mes ancêtres, que je hais tous pour m'avoir fait exister.
Terminus, il n'y a plus de barreaux, les autres ce sont effacés à l'usage, mon bon vieux tube distillateur de petite mort, de maladie, mais je sais, je sais et je n'ai plus besoin de voir les petits barreaux pour les gravir, alors je continue, avec mes tripes.
Unique, universel, la première fois, la toute première, quand la seringue a piqué mon bras et que Dieu, Dieu enfin, s'est mis à exister, et cette lumière, j'espère que Tu m'attends là haut, Tu me manque tellement, tellement, à en pleurer, à en hurler, à m'en arracher les entrailles.
Violence, ma vie, mes veines.
Wendy, mon seul regret, mes dernières larmes pures.
X-ième, un parmi tant d'autres et pourtant si seul, pourquoi si seul ?
Yeux Mescals, qui me regardent encore, je crois qu'ils m'envient.
Zen, tous les barreaux, mêmes les invisibles ont été escaladés, ce n'est pas une victoire, juste une paix.

Et alors, depuis la lumière, je me retourne une dernière fois, et je vois mon corps trop maigre avec ses yeux mescals injectés de sang, avec ses cheveux filasses et poussiéreux, avec sa crasse noire, avec ses hématomes qui forment comme une carte de mes veines, et ma main flasque et décharnée qui est retombée et la seringue qui a roulé au milieu des déchets. Les Yeux Mescals ont déjà volé ma fortune, les deux doses qui me restaient, mais ils ne pleureront pas ma fin. Une rivière carmin coule tranquillement de mon nez et mes intestins se sont vidés. Il y a presque quelque chose de beau dans ce spectacle du pire.

Mais surtout, surtout, je regarde une dernière fois les Yeux Mescals qui restent entre eux, seuls à s'en percer les veines, et dans cette cave aux murs lépreux, au sol dur et au cadavre frais, moi je sais. Je sais.

Ils cherchent tous Dieu. Et moi, je l'ai trouvé.
Enfin.


--
Onirian, chercheur.


  
Ce message a été lu 5633 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
3 Commentaire Onirian, exercice n°132 - Narwa Roquen (Dim 31 aou 2014 à 22:26)
3 L’enfer et des corps - Maedhros (Sam 19 jul 2014 à 17:38)
       4 Par la porte - Onirian (Lun 21 jul 2014 à 11:04)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 567 ms - 110 connectés dont 1 robot
2000-2022 © Cercledefaeries