Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

  WA - Participation exercice n°130 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Maedhros  Ecrire à Maedhros
Date : Jeudi 8 mai 2014 à 20:12:44
Dans les temps. Une histoire qui respecte, à mon humble avis, la consigne, même si ce n'est pas très évident. Et la longueur est également tenue...

-----------------------------
CUEILLE LE JOUR


La bande-son

Tout le monde, autour de lui, s’esclaffait ouvertement. La pluie pouvait délaver les maquillages outranciers, le froid pouvait mordre en cette matinée d’hiver, rien n’entamait l’atmosphère de kermesse qui régnait alentour. Les mélodies acidulées des orgues de barbarie et les joyeux flonflons qui s’échappaient des kiosques à musique emplissaient l’air de toutes parts, étourdissant les sens. Ils entraînaient les pieds à suivre les rythmes rapides et à sauter délibérément dans les flaques d’eau. Les costumes blancs ou bariolés, les coiffes pointues ou les petits chapeaux, les gros nez rouges et les chaussures démesurées formaient une débauche de couleurs trépidantes et réjouissantes. Et, par-dessus tout, les rires tonitruants cascadaient à l’infini. Des rires francs et clairs, des rires grinçants, des fous rires qui n’en finissaient pas, des rires hennissants, des rires guindés et retenus, poussés par mille gorges déployées.

Le Major Tom avait beau avoir été dûment prévenu, il avait du mal à conserver le sérieux exigé par sa fonction alors qu’il cheminait dans Chapiteau, la capitale de la planète Cirque. Il aurait certainement mieux fait d’utiliser le véhicule que les autorités portuaires avaient mis à sa disposition après l’atterrissage. Chapiteau n’était pas une ville immense, comme l’étaient les térapôles des planètes centrales et Tom avait cru que sa bonne volonté serait appréciée. Mais il avait surestimé ses capacités. Il bandait sa volonté pour réprimer un rire qui le gagnait peu à peu. Ses efforts en devenaient presque douloureux. Pourtant, il ne pouvait pas se laisser aller ainsi, devant les membres du protocole qui l’accompagnaient. Eux, en revanche, ne se gênaient pas pour glousser et s’esbaudir à tout va. Tom s’obligeait à ne pas perdre de vue l’objet de sa venue en tant qu’ambassadeur plénipotentiaire de la Confédération.

Il résistait à la tension de ses zygomatiques qui s’étiraient vers le haut. Il était parfaitement conscient que ce n’était là qu’un réflexe fantôme, puisqu’une intervention chirurgicale l’avait débarrassé des muscles en cause. Depuis, il avait quelque difficulté à mâcher correctement sa nourriture. Mais un ambassadeur qui se gondole ouvertement perd beaucoup en solennité, lui avaient martelé les conseillers en communication avant son départ. Il ne devait jamais oublier les raisons qui l’amenaient sur Cirque. Il n’était pas le premier. Plusieurs véritables diplomates émérites l’avaient précédé. Ils avaient tous échoué bien qu’ils aient tenu avec succès les ambassades les plus difficiles dans des contrées hostiles. Ils avaient disparu corps et biens avant d’avoir pu finaliser les accords vitaux pour la Confédération.

En désespoir de cause, un Conseil Extraordinaire avait été convoqué en urgence pour définir la meilleure stratégie après ces tentatives infructueuses. Ses membres avaient tout d’abord examiné l’hypothèse de recruter un tueur psychopathe ou un maniaco-dépressif à tendance suicidaire. Les experts les en avaient rapidement dissuadés. Ce type de profil était trop risqué, car imprévisible et, par suite, difficilement maîtrisable. Ils se rabattirent sur l’option du militaire de carrière. Ce genre d’individu n’était-il pas le pur produit d’une formation millénaire, guère encline au changement, fière au contraire de ses antiques valeurs ? Ne constituait-il pas un instrument aveuglément loyal et obéissant ? N’était-il pas prêt, sans discuter, à mettre sa vie au service d’une cause qu’il ne comprenait pas forcément ? Les rares officiers supérieurs siégeant au Grand Conseil, tout en sourcillant un peu sur cette présentation, avaient alors suggéré, du bout des lèvres, le nom du Major Tom.

Celui-ci était un vétéran des guerres chitineuses, bardé de médailles prestigieuses, au caractère d’acier trempé et à l’intelligence symétrique. C’était un incontestable héros qui avait levé bien haut l’étendard de la Confédération sur le front d’innombrables théâtres d’opérations. Son nom était synonyme de victoire assurée. Séduit, le Triumvirat avait entériné le choix du Conseil, à deux voix contre une, bien entendu.

Tom subit les tests les plus poussés destinés à détecter en lui la plus petite faille psychologique. Par métempneuma, des schémas comportementaux simulés furent implémentés dans son néocortex, afin de lui accorder une protection accrue contre l’atmosphère désopilante de Cirque. Quelques petites modifications furent apportées à son organisme pour en durcir les résistances. Les autorités mobilisèrent le meilleur de la technologie sophistiquée de la Confédération pour ce dernier essai. Il fallait qu’il soit couronné de succès car l’avenir de la civilisation humaine en dépendait. Il n’y avait plus de temps à perdre !

Alors qu’il descendait une longue avenue bordée de chapiteaux de toiles aux vives couleurs psychédéliques, il reconnut, à leurs treillis de camouflage, deux bonnes douzaines de commandos Orion, engagés dans une bataille dantesque de tartes à la crème. Comme des gamins, ils riaient aux éclats en s’envoyant à travers la figure d’énormes pâtisseries tartinées d’une épaisse couche de crème fouettée que leur fournissait sans relâche une bande de petits gnomes vêtus de vert et de rouge. Les redoutables guerriers, dont la réputation faisait blêmir jusqu’aux trolls d’assaut de la sinistre Alliance des Royaumes Corrompus, se vautraient carrément dans une mer de chantilly appétissante. Et, plus ils se transformaient en bonhommes de crème, plus ils riaient à ventre déboutonné.

Le coeur du Major Tom se serra. Il avait sous les yeux quelques éléments de la force d’intervention que la Confédération avait dépêchée sur Cirque pour essayer d’en prendre le contrôle, plusieurs années auparavant. Elle était constituée de trois divisions d’infanterie coloniale, appuyées par deux légions de gardes prétoriennes et par plusieurs bataillons de commandos Orion. Elle avait été transportée par une armada de huit frégates et deux croiseurs de ligne lourdement armés. Ce fut un échec cuisant. Les Psycho-veilleurs avaient enregistré les communications échangées entre les bâtiments de la flotte jusqu’aux limites de la stratosphère de Cirque. Puis, dès que vaisseaux se posèrent à la surface de la planète, rien d’autre qu’un bruit blanc. Les quarante mille soldats s’étaient tout bonnement volatilisés, avec armes et bagages. Que leur était-il arrivé ? Par quel sortilège leur conditionnement militaire avait-il été circonvenu ? Aucune réponse ne fut jamais apportée.

Le Major Tom ralentit son pas. Il y avait quelque chose d’enfantin dans tous ces visages martiaux. Etaient-ils victimes d’une régression psychologique ? Non, ce n’était pas ça. Leurs regards n’avaient pas cette fixité caractéristique qui trahissait les débridages mentaux. Au contraire, une gaîté sans ombre s’y lisait. Ces soldats professionnels extériorisaient sans modération les sentiments qu’ils éprouvaient à jouer avec de la crème et des tartes. Une joie simple et innocente, comme celle des enfants. Ils semblaient tellement heureux de glisser dans les vagues onctueuses. Il y avait un contraste absolument saisissant entre leurs gabarits surdimensionnés, leurs trognes carrées, leurs crânes rasés et les cris joyeux et décomplexés qu'ils poussaient quand ils parvenaient à toucher leur cible.

Depuis combien de temps jouaient-ils ainsi? Depuis pas mal de temps, estima le Major qui en jugea par l’étendue et l’épaisseur de la crème étalée sur le sol. Les lutins aux longues barbes et aux bonnets pointus les encourageaient de leurs voix stridentes. Ils leur tendaient les tartes qu’ils extirpaient sans fin d’une petite carriole en pain d’épices et aux parements en pâte d’amande et en sucre glace! Rien qu’à sa vue, Tom saliva inconsciemment, sa bouche subitement envahie de goûts plus suaves les uns que les autres et qui remontaient à sa plus tendre enfance. Il sentait sur la langue le goût du sucre candi et de la vanille dont se servait sa maman quand elle préparait le gâteau du dimanche, penchée sur la table couverte de farine. Elle lui faisait goûter la merveilleuse pâte sucrée qui demeurait toujours au bout de la longue cuillère de bois. Et elle riait en lui chantant des ritournelles légères que lui avait apprises sa propre mère. Qu’aurait-il donné en cet instant pour revenir dans ce passé idyllique...

Brusquement, il revint à la réalité, mû par un réflexe immuno-acquis défensif. Il secoua la tête pour chasser le résidu de ces pensées exogènes. Avait-il été victime d’une attaque insidieuse ? Quel en était le vecteur ? Il ne pouvait pas être présent dans l’air ambiant, ses narines et son épiderme avaient été reconfigurés et dotés de bio-filtres imperméables. C’était autre chose. Tom éprouvait un léger regret qu’il ne pouvait définir. Une brève bouffée de nostalgie pour un passé révolu. On ne refait jamais le chemin dans l’autre sens, n’est-ce pas ?

Prudemment, il coula un regard sur les membres de la délégation qui l’avait accueilli à l’astroport. Trois clowns dans la pure tradition du cirque : un Auguste au nez rouge, un Pierrot lunaire et un Arlequin chamarré. Ils l’escortaient en mimant son attitude guindée de façon caricaturale, ce qui arrachait des exclamations pétulantes à tous ceux qu’ils croisaient. Ils n’avaient cessé de caqueter dans un charabia précipiteux et incompréhensible, qui avait tapé rapidement sur les nerfs du pauvre émissaire de la Confédération. Heureusement, il avait été fort bien préparé à ce genre de situation, manifestement destinée à le déstabiliser. Aussi, malgré tout l’inconfort qu’il éprouvait, il ne se départait pas d’une urbanité qui aurait fait honneur au plus pointilleux de ses formateurs.

Les trois clowns s’étaient tus. Ils l’envisageaient comme s’ils cherchaient à deviner son état d’esprit. Tom crut déceler, dans le regard qu’ils échangèrent quand il dispersa les pensées inopportunes, le reflet fugace d’une déconvenue. Il compta un point pour lui. Mais il se rembrunit presque aussitôt. Combien d’autres épreuves le séparaient-elles de la Piste aux Etoiles, la résidence du Zavatta en titre ? Il était sur Cirque, la planète des Clowns. La planète qui drainait à elle toute la bonne humeur et la joie de vivre de l’Univers. Il était là pour discuter les termes d’un accord avec les Clowns. Lui, le héros des guerres contre les Araignées, lui, dont le sens de l’humour frisait le zéro absolu, lui, dont l’intransigeance défiait même les lois de la physique ! La Confédération avait fait un pari risqué. Avait-elle placé son ultime espoir dans les bonnes mains ?

Bien sûr, il avait remarqué comme tout le monde que les jardins d’enfants se dépeuplaient à vue d’oeil. Les balançoires restaient immobiles et les manèges tournaient le plus souvent à vide. Les enfants riaient de moins en moins. Les saisons s’affadissaient. Les couleurs et la lumière viraient au terne. Même les oiseaux, dans le ciel, ne pépiaient plus. Les jours raccourcissaient quelle que soit la saison. L’univers tout entier ralentissait. Chaque année, le printemps était moins vigoureux et les feuilles moins vertes sur les branches rabougries. Ce n’était pas les ténèbres, non. Juste une sensation lourde et harassante. Ces phénomènes furent observés sur tous les mondes habités. Le Triumvirat conféra dans le plus grand secret avec ses plus féroces et héréditaires ennemis qui, toutes proportions gardées, avaient constaté la même chose. Le bonheur s’enfuyait, comme aspiré hors de l’atmosphère. Discrètement, des explorations furent lancées dans tout l’Univers, mesurant les symptômes pour déterminer la bonne direction.

Elles aboutirent à Cirque, une planète géante d’une galaxie voisine. Le bonheur et la joie de vivre y étaient aspirés comme l’aimant attire la limaille. Les hommes la baptisèrent ainsi parce qu’elle abritait des nuées de clowns, sans distinction de sexe ou d’âge. Les rapports confidentiels établirent que chaque race de l’Univers percevait ce qui, dans sa culture, équivalait aux clowns pour les humains. La force ne servit à rien. Les plus grandes armées furent englouties sans jamais reparaître et les engins de destruction planétaire furent tout simplement inactifs dans leur rayon opérationnel. Or le temps s’écoulait et la tristesse s’emparait déjà des mondes les plus proches de Cirque. Leurs habitants perdaient tout appétit de vivre, s’adonnant peu à peu à une mélancolie pernicieuse. Les mondes se figeaient dans une sorte de catatonie qui coupait progressivement les vivants de la réalité. Les guerres s’interrompirent, faute de combattants. Les projets se firent de moins en moins nombreux. A quoi pouvaient-ils servir dorénavant, puisque le futur ne promettait plus rien ? Le moteur de la civilisation hoquetait, manquant de son précieux carburant. Une sorte d’apocalypse en mode mineur, sans tambour ni trompette. Juste une sensation d’intense fatigue obligeant à se coucher et à mourir sans bruit sur le bord du chemin. Aucune gloire. Aucune apothéose.

Il fallut donc se résoudre à entamer des pourparlers avec les dirigeants de Cirque, malgré la certitude de n’avoir rien à échanger.

Le Major Tom ne comprenait pas très bien ce qu’il voyait. Des cohortes d’Augustes gambadaient sous le crachin, faisant mille grimaces et jonglant avec des balles multicolores. Sur leurs faces béait une joie extatique et communicative. Ils enchaînaient figures acrobatiques, jongleries et pitreries à un rythme si effréné qu’il lui donnait le tournis. Les rires fusaient de toutes parts quand un pas mal assuré les faisait chuter au sol. Mais ce n’était pas une maladresse, non, c’était une façon élégante de montrer toute l’étendue de leur art. Car, à aucun moment, les balles tournoyantes et bondissantes ne s’échappaient de leurs doigts habiles. Le Major Tom avait une furieuse envie de taper dans ses mains pour les encourager à aller plus vite, plus haut et à jongler avec plus de balles. Cela lui rappelait les jours où le petit cirque de toile marquait une halte dans le bourg où vivaient ses parents. Il les suppliait pour assister à la représentation du soir. Il voulait toujours une place au bord de la scène circulaire pour être au plus près des clowns. Il pleurait de rire à les voir se chamailler, se tirer par le col, se faire des crocs-en-jambes et s’étaler les quatre fers en l’air sans jamais se départir de leur bonne humeur. Il préférait de loin leur numéro à tous les autres, même celui du dompteur de tigres aux dents de sabre. Le Major Tom s’étonna en son for intérieur. C’était vraiment l'un de ses propres souvenirs, oublié depuis longtemps. Depuis l’académie militaire en fait. Il chercha soigneusement mais il était affirmatif, ce souvenir lui appartenait. Il avait toujours voulu être un clown. Un Auguste avec un gros pif rouge et des yeux ahuris cerclés de farine blanche.

Qu’est-ce qu’il pouvait faire de mieux qu’entrer dans la ronde ? Il était vêtu comme eux et il n’en ressentait aucune gêne. Il était un Auguste et il chaussait du soixante quatre fillette. Au foin les négociations et la Confédération. Cueille le jour, chantait une petite voix dans sa tête. Oublie tous tes soucis, ils ne sont rien. Cueille le jour et ne demande rien d’autre. Tu verras, un jour viendra où ils rejoindront tous la grande parade!

M


  
Ce message a été lu 4324 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
3 Commentaire Maedhros, exercice n°130 - Narwa Roquen (Dim 1 jun à 23:47)
       4 A toute vitesse... - Maedhros (Lun 23 jun à 19:55)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 113 ms - 242 connectés dont 1 robot
2000-2020 © Cercledefaeries