Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA-Exercice 106 - Mort d'un personnage suite. Voir la page du message Afficher le message parent
De : Onirian  Ecrire à Onirian
Page web : http://oneira.net
Date : Mercredi 20 juin 2012 à 15:54:13
A la bourre pour la suite, mais elle arrive quand même ;-))
Pour rappel, le début est .
--

Dick Tales


* * *


Paire de gants, paire de bottes, paire de claques.

Les gants, c'était les mains de Julie, la première fois que Cassie l'avait vue. De long gants désuets, du genre qu'on porte dans une soirée mondaine, remontant jusqu'au dessus du coude. Sauf qu'elles étaient dans une sorte de braderie géante, elle avait un T-shirt, un jean et cette paire de gant décalée, chinée pour une demie piécette.
La paire de bottes, c'était une dispute, elles en voulaient toute les deux, Cassie avait gagné, puis les lui avait données.
La paire de claques, c'est ce qu'on éprouvait au quotidien. Julie avec ses idées simplistes, toujours étonnée de ses conséquences. Sa beauté un peu brut, ses manières un peu brutes. C'était aussi ce que Cassie voyait à terre. Cette tête avec un trou béant, d'où aurait du sortir une logorrhée d'idées idiotes plutôt qu'un filet rouge.
Dans le café, personne ne bronchait. Une fille au sol, et Marc.
Non.
Marc avait disparu. Aucune trace rien.
Cassie releva les yeux vers John, qui se retourna et sorti du café, probablement pour rentrer chez lui. Pas concerné. Circulez, y a rien à voir. Le monde s'écroule et personne n'en a rien à foutre. Et ça voulait dire quoi ce Grouille putain ! que Marc avait lâché avant de se tirer une balle ?

* * *


Cassie était allongée dans le lit de Julie. Sans elle, évidement. Des hommes en noirs étaient venus, avaient emporté le corps, nettoyé la tache de sang, et plus personne ne semblait savoir qu'elle avait existé. Plus personne, sauf Cassie, bien sûr. Est-ce qu'il n'y aurait pas du y avoir une enquête ? Qu'on lui pose des questions au moins ? Un enterrement ? Et Marc ?
Le monde ne tourne pas rond ma fille. Tu le sais, tu le sens. Mais c'est quoi le vrai truc qui cloche ?
L'absence.
L'absence de douleur, l'absence du corps de Marc, l'absence de réaction de l'univers.

* * *


John faisait les cents pas dans son appart, désemparé. Du bout des doigts, il tenait une bouteille de vodka presque vide, buvant une gorgée de temps en temps. Son esprit était confus. Il aurait du se souvenir d'un truc très important, quelque chose qui s'était passé chez Roger. Un truc choquant, comme voir une fille se faire violer. Il s'arrêta de marcher un instant, regarda son entrejambe. Non, déconne pas, t'as rien fait. Et le flingue alors ? Oué le flingue... celui qui est dans ma poche. Il me fait flipper, je dois m'en débarrasser. Le donner à quelqu'un. Qui ? Cassie bien sûr, qui d'autre ?

* * *


Tête à tête avec la cave à vin de Julie, une espèce de placard moche à température constante contenant juste du bourbon, du whisky et de la vodka. Cassie ne comprenait rien. Elle se repassait les évènements en boucle, sans saisir le détail, l'instant du dérapage. Tout fout le camp, toujours. J'ai l'impression d'être en prison. Une immense prison, tout autour de moi. Une rasade de plus. Cassie pris le pistolet et le jeta par la fenêtre. Et si j'allais le rejoindre ? Grouille putain. La voix de Marc dans ma tête. Tout était mêlé, tellement embrouillé. Marc était présent. Je veux dire... plus que les autres. Alors pourquoi a-t-il disparu si complètement ?
La porte sonna. Cassie se leva et alla ouvrir. De l'autre côté, John qui lui tendait, tenu par le canon, son arme.
- Tiens, tu en as besoin.
- Pourquoi j'en aurai besoin ?
- Aucune idée. Au revoir.
Il se retourna.
- Attends ! Tu n'as rien d'autres à me dire ?
- Si... "Souviens-toi". Mais je ne sais pas ce que ça veut dire. Au revoir.

* * *


Cassie resta seule sur ce palier, pistolet en main, avec, chevillée au corps, la certitude que les paroles de John étaient les bonnes. Mais me souvenir de quoi ? Et Julie... Julie...
- Salut ma puce.
Cassie se retourna brusquement. Il n'y avait personne, juste son imagination. Je deviens folle. Julie, que ferais-tu à ma place ? Tes idées étaient simple à comprendre, à suivre. Tu aimes ou pas, toujours en ligne droite.
Quelle est la distance la plus courte entre aujourd'hui et demain ? Le plaisir sans gène, quitte à faire un détour par le désir. Le monde se délite. Prise d'une intuition étrange, Cassie alluma la télé. Neige. Play, qu'est ce qui est dans le lecteur ? Sur l'écran apparu la tête de Julie, encore elle.
- Salut ma puce. Sujet de philo - elle avait horreur de la philo - peut-on souffrir quand on...
Neige à l'écran. Cassie tenta une nouvelle lecture, mais rien. Plus rien. Le pistolet était posé sur la table basse. Bam, la télé explosa en une gerbe d'étincelles. Une manière de tuer à nouveau ?
Souviens-toi.
Qu'est-ce que j'ai oublié ? Idiota. Foolish. Studip.

Bordel, mais pourquoi est-elle morte ? Pourquoi Marc, ce Marc si présent quand il était dans une pièce, si intelligent, pourquoi cet andouille a buté mon amie ? Mon ancre à la raison ? Mon pilier ?
Parce qu'elle était mon ancre à la raison, mon pilier.

Souviens-toi, le goût de la viande. La texture des fibres sur la langue. Ton enfance, les jeux, la vie. La douleur.
J'ai trouvé.

Cassie se mit le flingue sous le menton et tira, éclaboussant le poster de Muse avec des gerbes de cervelle, de sang, et d'os brisé. Julie aurait fait la tronche. Tant pis.

* * *


- Cassie ? Cassie ? Tu m'entends ?
Cassie entendait.
Elle ouvrit les yeux, la pièce était familière. Sur le mur, un poster de Muse, impeccable. Devant elle, Marc. S'il est là alors...
- Julie ?
- C'était un PNJ. Un peu trop bien codé si tu veux mon avis. Tu t'étais trop attachée à elle. Ainsi qu'à John.
- John ?
- PNJ aussi. En fait, tout le monde. Sauf moi. Tu te souviens maintenant ? Tu rentres dans le jeu, mais tu dois décider toi même d'en sortir, sinon tu restes coincée dans les limbes numériques, et tu oublies. Bravo, tu as réussi. Et juste à temps. Ton cerveau commençait à déconner grave, j'ai eu peur qu'il y ait déjà des lésions.
- J'ai mal à la tête.
- T'inquiète, ça va passer.
Julie pris son casque, l'ôta, et se leva tant bien que mal. La pièce où elle se trouvait était toute petite, avec des instruments partout, machines étranges, ordinateurs, électrodes, encéphalotruc... Et sur la petit table, à côté du clavier...
- D'où il vient ce flingue ?
- Pour te sortir de là, il fallait que j'agisse sans te révéler mes raisons, sinon je risquais de provoquer un rejet. Alors j'ai envoyé quelques stimulis aux PNJ, et il te fallait un moyen de mourir. Pour lui donner de la consistance dans le jeu, j'en ai acheté un vrai.
Cassie s'approcha de la table, et le soupesa. Exactement le même.
- Tout était faux ?
- Les émotions étaient vraies, mais l'univers et ceux que tu as croisés sont issus d'algorithmes un peu couillus.
- Toi non plus tu n'es pas réel.
- Quoi ? Non !
Cassie leva son arme et tira. Marc s'écroula. Puis elle posa le canon sous son menton, en prenant bien soin de de placer juste à côté du poster de Muse, pour l'éclabousser le plus possible. Julie.
Bam.

--
Onirian, Dickien.


  
Ce message a été lu 3452 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
3 Commentaire Onirian, exercice n°106 - Narwa Roquen (Ven 6 jul à 22:24)
3 Faut-il armer les Sims? - Maedhros (Mer 27 jun à 13:17)
3 Il a réussi !! - z653z (Mar 26 jun à 17:12)
       4 Simulacron III - Onirian (Mer 27 jun à 10:22)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 156 ms - 226 connectés dont 1 robot
2000-2019 © Cercledefaeries