Version HTML ?



La dernière Dame du Lac

Et voilà, c'est Noël et je dois me farcir le repas, la messe de minuit et tout ce qui suit... Ma famille n'est vraiment pas bretonne dans l'âme. Je hais le christianisme, plus encore quand c'est ma mère qui m'en parle, pour me convertir : " Chaque être humain porte Dieu tout au fond de lui-même. Il suffit de lui montrer le chemin. "Je ne suis pas forcément pour la violence, mais là, quand elle me parle de cette manière, je la frapperais bien, pour me soulager, en guise de sacrifice. Mais non, la volonté est plus forte. Je réussis toujours à m'éclipser de toute manière. Ils sont tellement concentrés en récitant leur prière, qu'ils ne remarquent pas mon absence.

Je ne porte pas La croix... c'est un pendentif que ma mère m'a offert pour mes dix-huit ans... je ne prête pas attention à ses idoles qu'elle considère comme des êtres exceptionnels. Ce ne sont que des humains qui croyaient en Dieu et qui sont morts pour Lui. Mais croire en quelque chose signifie-t-il que cette chose existe ? Non, pas forcément... seulement il ne se trouve personne dans mon entourage pour me soutenir et m'appuyer dans mon refus de la chrétienté. Et puis les prêtres sont d'un ennui... et aujourd'hui, ils sont tous pédophiles... non vraiment, je ne trouve aucun avantage à être chrétien... ou crétin, ça dépend du point de vue.

Alors, comme toujours, je quitte l'assemblée une demi-heure après être rentrée. Et je m'en vais prendre l'air à l'extérieur, au calme ( l'orgue me donne des maux de crâne assez impressionnants). L'église se trouve non loin de la Forêt de Brocéliande. Enfin quand je dis "non loin de" c'est plutôt très près puisque c'est la Chapelle Saint Jean qui, elle, est assez proche du Val sans Retour. Que dire sur cette Forêt sinon qu'elle m'attire plus que l'église elle-même ? Et là, ce soir, étrangement, elle m'appelle plus que d'habitude. Je sais que ça peut paraître bizarre que je sois attirée par ce lieu pile-poil le soir où j'en ai vraiment ras-le-bol de tout ce qui est Christ, anges et toute la clique. Mais, c'est la vérité vraie. Ma mère m'a toujours appris à avoir peur de la Forêt, surtout la nuit. Elle prétendait que le démon y vivait et qu'il n'attendait qu'une chose : abuser des innocents par des tours et des méchancetés. Bien sûr, je dois l'avouer, il fut un temps où je la croyais sur parole, mais maintenant, je doute. J'ai la précise impression que le démon n'est pas au coeur de la Forêt de Brocéliande mais bien au coeur de ce monstre de pierre et d'architecture plus communément appelée une église. Ce sanctuaire de débiles me fait plus penser à un asile de fou qu'à un lieu de recueillement et de prière. Bref. Ce soir, il fait froid, la nuit est claire, les étoiles brillent et la lune est à deux jours de son apogée. Le vingt six décembre deux mille quatre, se sera la pleine lune...et j'ai eu vingt ans il y a exactement trois jours...le vingt et un décembre. Je ne pense pas que ce soit réellement important, mais j'ai eu envie d'en parler, là, maintenant. C'est fait, n'en parlons plus. Bon, j'en étais où ? Ah oui ! La Forêt de Brocéliande m'attire plus qu'elle ne me repousse et je ne sais même pas pourquoi. Peut-être à cause du plaisir malsain à la désobéissance ( chaque enfant y trouve son compte de jouissance), ou par je ne sais quelle magie que la Forêt dégage.

Mais soudainement, j'en ai assez des états d'âme, j'oublie et j'emmerde ma mère autant que tout le reste...je vais plus loin dans ce bois, que je trouve beau et fascinant à la fois. Je ne sais ce qu'il renferme - j'avoue ne m'être jamais documentée sur ses légendes - mais s'il y a quelque chose, ce quelque chose m'appelle : je veux savoir ce que c'est.

Les chants de l'église sont loin maintenant, je les entends à peine et ça me fait un bien fou. Le calme et la sérénité qui règnent autour de moi m'apaisent et me bercent, comme si j'étais dans un doux rêve... je ne veux pas que ça finisse. J'ai mal au coeur et en même temps, j'ai envie de m'envoler... mes jambes sont lourdes mais ma tête est vide, seulement guidée par un désir ardent et une volonté de fer. Il fait noir comme dans une grotte mais ma cécité soudaine ne m'atteint pas, j'ai l'impression que mes pas me portent vers un endroit précis, que je connais déjà... plus ou moins. Je ne sais même pas si ce que je dis est vraiment la réalité ou si c'est le rêve d'une pauvre idiote endormie sur le parvis d'une église en attendant ses crétins-chrétiens de parents. Je ne préfère pas savoir après tout... il fait si bon ici. Je ne me sens pas agressée ni attaquée, comme si j'étais la bienvenue... La nuit noire laisse apparaître des étoiles plus brillantes que la normale et une pleine lune qui sert de guide... La pleine lune... quelque chose d'étrange, quand je suis entrée dans la Forêt tout à l'heure elle n'était pas en son plein... le temps aurait-il passé si vite ? Ou m'étais-je trompée dans les dates ? Je suis sûr que non, pourtant le doute se permet. Que se passe-t-il pour que soudain je n'aie plus envie de faire marche arrière mais bien de continuer à chercher ce quelque chose qui m'appelle ?
Lliane, viens à moi...écoute ma voix et retrouve ton chemin...
Pourquoi ai-je peur soudainement ? La Forêt semble si paisible...peut-être trop paisible pour que je m'y sente en confiance... Je me le répète : il ne faut pas avoir peur, il ne faut pas avoir peur... ta mère n'est qu'une bigote superstitieuse, oublie les bêtises qu'elle t'a dites... Mais quoi, c'est vrai... j'y suis rentrée, il va bien falloir que je sache pourquoi.
Lliane...calme-toi, écoute ma voix...respire et suis le chemin que te suggère ton coeur...
Je m'arrête et m'appuie sur un chêne pour reprendre mon souffle... quoi que ce soit, je veux savoir.

Au loin, une lumière brille. Je ne sais pas ce que c'est... mais je reprends ma marche en direction de ce reflet... peut-être suis-je non loin d'une route et dans ce cas ce n'était qu'une voiture... mais non, mon coeur refuse cette explication... alors je continue et arrive auprès d'un lac. Je lis sur le panneau que c'est le Val Sans Retour... je m'assois au bord de l'eau et me rafraîchit le visage... ça me fait un bien fou... Je ne sais quel chemin prendre, ni par où passer pour trouver une issue quelconque.
Lliane...suis-moi...écoute ma voix et suis la lumière...
Au loin, la lumière réapparaît... c'est un cerf... un grand cerf blanc et lumineux qui semble m'appeler et m'attendre... je m'approche de lui et il incline sa tête comme pour me saluer. Je me vois lui rendre la pareille en une révérence :
- " Myrddin... "
Ma voix est étrange... la sonorité en est différente...plus profonde, plus belle, plus cristalline... je ne me reconnais pas... comme si mon corps et ma tête étaient deux entités différentes... Je me vois monter sur le dos du Cerf Blanc et me laisser bercer et guider par son galop. Le vent dans mes cheveux ressemble à la caresse d'une main experte et bienveillante... j'ai peur, pourtant je m'abandonne complètement... au fond de moi, je sais que je n'ai rien à craindre ici.
Lliane...regarde...ton île est prête à t'accueillir...

Le galop devient le trot qui devient le pas qui devient l'arrêt. Le Cerf Blanc s'incline pour me laisser descendre... et comble du hasard, il s'incline juste en face de la Lune. La lumière entoure un lac... j'aperçois le panneau barbare du monde moderne qui indique que c'est le Lac de Comper. Le château se dessine dans la nuit juste sur la rive. Je ne sais même pas pourquoi Il m'a amené ici. Je regarde la Lune sans comprendre.
Lliane... contemple ton univers... nous t'attendons depuis si longtemps... aide-nous à retrouver l'éternité...
Je ne sais pas quelle est cette voix que j'entends soudainement... Je veux bien contempler ce que vous voulez, mais quoi ? Je ne vois que le Lac éclairé par la Lune...
Le Lac est la solution... entend ma voix...
Qui êtes-vous ?
Je suis celle que les Hommes craignent mais qui n'est que douceur et sérénité.
Ça ne me dit pas qui vous êtes. Les Humains craignent beaucoup de choses sans noms dans ce monde.
Bien sûr... ils m'ont craint en des temps reculés... assez reculés pour oublier... mais toi, tu as pensé à moi...
Forcément, vous m'avez appelée... je voulais savoir...
...quelle est ta destinée... tout le monde veut le savoir... mais toi tu es la seule qui va connaître ce qui te revient de droit...
Ça ne me dit pas qui vous êtes... ni qui était ce Cerf que j'ai appelé Myrddin, ni ce que je fais là...
Je suis celle qui berce tes nuits et qui veille sur toi depuis ta naissance... Myrddin est celui qui est, qui sait, qui voit... il est l'Enchanteur de cette Forêt... Brocéliande est ta protection... Avalon est ta maison...
Là, je suis totalement perdue... j'aimerais bien vous voir... pour mettre un visage sur une voix...

Là, Elle ne dit plus rien. Je crois que je l'ai vexée. Le Cerf Blanc s'incline de nouveau devant la Lune et devient plus lumineux encore qu'il ne l'était déjà. Il se transforme en quelques minutes en un magnifique vieillard majestueux et grandiose... tellement que je baisse les yeux et m'incline quand il s'approche de moi. Il porte une grande tunique bleue de nuit et s'appuie sur un grand bâton... une assez robuste branche de chêne taillée et sculptée de runes celtiques... son immense barbe et ses longs cheveux blancs illuminent ce visage atteint par les années mais qui ne perd rien de sa beauté.
- " Ton coeur m'a reconnu Lliane...
- Je sens que vous êtes quelqu'un d'important pour moi mais je ne comprends pas pourquoi cela est.
- Comprendre n'est pas forcément connaître... mais je peux t'y aider si c'est ce que tu souhaites.
- C'est ce que je souhaite... pour avoir moins peur, je suppose.
- Ton corps... ton sang abrite l'âme de la Fée Viviane, celle de la Fée Morgane qui étaient jadis les Dames du Lac de Comper... les Dames d'Avalon...
- Pourquoi cela ? !
- Parce que dans tes veines coule le sang de la lignée royale d'Avalon, la lignée royale de Brocéliande... de la Déesse-Mère.
- Comment est-ce possible ? Je suis perdue !
- Ton âme humaine ne comprend pas... elle est trop terre à terre, trop effrayée pour essayer d'en saisir toute la profondeur... tu es la Gardienne des pouvoirs celtes ancestraux... des pouvoirs que la Déesse, Mère de tout ce qui vit sur Terre, a transmis aux trois générations de Dames d'Avalon... Viviane était la première, Morgane la seconde... toi la troisième et ultime Dame du Lac.
- Mais qu'est-ce que je dois faire ?
- Le rôle de Dame du Lac consiste à maintenir l'esprit de la Déesse en vie, sur la Terre et dans les Cieux pour que nul ne l'oublie... en échange, la Déesse lui garantit une plus longue vie que la totalité des humains et la permission de développer ses pouvoirs magiques, et d'élever son âme pour trouver la paix éternelle.
- Mais je n'ai pas de pouvoir magiques...
- Pas en tant qu'être humain. "

Là, maintenant, je comprends pourquoi ce lieu m'attirait autant et la raison de mon aversion envers le christianisme.
Veux-tu dire au revoir aux tiens ? Ou désires-tu retrouver dès maintenant ce qui fait de toi la dernière Dame du Lac ?
Je préfère la deuxième proposition... j'en ai assez soupé des humains.
Je m'étonne de parler de cette manière... je n'ai que vingt ans, je n'ai rien vécu et voilà que je parle comme si j'avais tout vu de la Vie et du Monde. C'est étrange et revigorant à la fois... un sentiment que je n'ai jamais éprouvé auparavant... Je sens la main que Merlin pose sur mon front et l'autre qu'il place près de mon coeur... il murmure des formules anciennes et je n'y comprends rien... mais une vive chaleur m'envahit, tout semble plus lumineux autour de moi. La Lune me parle...
Viens à moi Lliane... oublie tout ce que tu as été par le passé... reviens à tes origines... Avalon attend ta venue depuis si longtemps... redeviens ce que ton sang porte depuis des siècles...
Cette voix me berce... je sais qui Elle est maintenant... comment ne l'ai-je pas deviné plus tôt ? C'est grâce à Elle que je retrouve ce à quoi je suis destinée depuis ma naissance... la Déesse-Mère.

Quand la chaleur s'éteint, je suis quelqu'un d'autre. Myrddin est redevenu le Cerf Blanc qui guide les égarés vers la lumière d'Avalon, vers les Eaux bleues du Lac, vers ce monde de douceur et de sérénité qu'est le Ciel de la Déesse... Quant à moi, ma robe bleue est comme les caresses d'un homme sur ma peau et mes ailes de fée me guident vers le château de cristal d'Avalon, sous les eaux du Lac...

Ecrire à Anahis Carli
© Anahis Carli



Publication : 21 février 2005
Dernière modification : 07 novembre 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Miriamélé
Mémé Fil  
Narwa Roquen
La fille aux cheveux roux  
Le Chaudron d'Or  
Anahis Carli
La dernière Dame du Lac  
Lulibaba
Destin aveugle  
Miriamélé
L'Oracle

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


12 Commentaires :

Noryne Ecrire à Noryne 
le 02-04-2007 à 15h01
mot de l'auteur
je viens de retrouver cette nouvelle. je l'ai écrite il y a pas mal de temps et waow. Oui, j'étais révoltée par beaucoup de chose à l'époque et j'ai dirigé cette agressivité vers le christianisme. ce n'est pas vraiment une critique ou de la méchanceté, mais la persécution dont cette religion a fait preuve à l'égard des autres me mettait hors de moi. Aujourd'hui, j'ai grandi et j'ai changé. J'ai tr...

Voir la suite de ce commentaire

viviane Ecrire à viviane 
le 01-04-2007 à 14h09
oui peut-etre
pas besoin de pseudo, viviane c'est mon vrai nom.
révolte toi si ça doit t'emmener vers ...toi-meme, révolte toi si ça t'ammenes vers La vision.
mais ne te perds pas dans des travers déviées, ne te trompes pas de révolte...
écoutes bien les féees cachées dans ton coeur, pas la simple revanche d'une fille...
aimes et aimes toi, comme un etre singulier, unique et exceptionnel.
tu es belle dans...

Voir la suite de ce commentaire

melaine 
le 28-10-2006 à 10h21
petite citique
amoureuse de la saga des dames du lac depuis maintenant des années je trouve pénible de lire autant de revolte sur le christianisme. certe, je ne suis pas en accord moi meme avec l église et ses principes, les dames du lac nous font beaucoup reflechir sur notre propre religion.
Pour ma part, je crois fort en dieu, jesus et marie mais pas commel église éssaille de nous les montrer.Je trouve que Ma...

Voir la suite de ce commentaire

Bmorganeb77 Ecrire à Bmorganeb77 
le 14-10-2006 à 22h00
fermons les yeux... laissons nous guider
il n'y a pas besoin de croire à toutes ces légendes pour finallement se dire que tout cela est réelle. Je m'appelle Morgane, je suis bretonne, et depuis toute petite, je sens en moi, quelque chose. Une force, un esprit. Je ne sais pas. Un jour, je suis partie voir un voyant ; la première chose qu'il me dit en me serrant la main, c'est que je n'étais pas seule. Pas physiquement, mais célestement. D...

Voir la suite de ce commentaire

z653z Ecrire à z653z 
le 04-09-2006 à 13h27
le début est un peu brutal ...
... mais il y a une explication à la fin.
On peut le deviner mais tu aurais pu ajouter que les dames du lac ont été (ou se sont senties) persécutées (ça fait aussi partie de la légende) pour justifier la colère et le dégoût du début.
Netra Ecrire à Netra 
le 31-08-2006 à 01h43
D'accord avec Kristof56...
D'ailleurs, je me demande de quel droit tu juges ainsi les gens. Te trouves-tu plus intelligente que le reste de l'humanité ? Crois-tu vraiment que les prêtres sont tous pédophiles et tous les chrétiens des moutons vénérant des idoles ? Voilà qui déprécie ta nouvelle plus qu'autre chose : au lieu d'une histoire mature, on dirait une crise d'adolescente (qui en veut à papa-maman et vient de s'enfil...

Voir la suite de ce commentaire

kristof56 Ecrire à kristof56 
le 19-07-2006 à 15h22
Bof
C'est dommage que le texte soit gaché par des propos outranciers contre les chrétiens sans qui les légendes mentionnés ne seraient jamais parvenues jusqu'à nous.
Chrétien de Troyes était il un crétin de Troyes ?
Je ne le pense pas.
Donc encore beaucoup de progrès à faire, au moins dans le sens de la mesure.
wawa Ecrire à wawa 
le 14-02-2006 à 16h58
 Ce message est écrit en langage SMS ou comporte trop de fautes.
Par conséquent, il ne s'affichera pas. Pour le voir tout de même, à vos risques et périls linguistiques, cliquez ici
MERLIN Ecrire à MERLIN 
le 27-12-2005 à 14h10
Continue .
Je lis en ce moment les Dames du Lac et je crois à cette légende. Je suis depuis toujours avec les énergies d'une déesse ou d'un ange que celui du Christianisme ou d'autre religions. "Cette série ou cette légende " me sont très fidèle et un jour je partirai par curiosité sur ces traces et découvrir sur place l'histoire de ces Dames du lac .
Continue.
Estellanara Ecrire à Estellanara 
le 31-08-2005 à 20h04
Courte critique sans spoiler
Une très jolie ambiance malgrès des problèmes de style au début. Le ton est original bien qu'un peu outré. Le thème est classique mais très bien maîtrisé sur la deuxième partie.

Pages suivantes : 1 - 2


Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 382 ms - 453 connectés dont 3 robots
2000-2024 © Cercledefaeries