Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Afficher l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

  WA - Participation exercice n°6- Acte Deux Voir la page du message Afficher le message parent
De : Maedhros  Ecrire à Maedhros
Date : Samedi 2 decembre 2006 à 18:26:14
Voici l'acte 2. Je crois que j'ai franchi un peu la ligne jaune mais bon...à vous de juger


-------------------------------------------------

Ma douce, enchaîne-moi au bout mignon de votre coeur et je te suivrai hors des murailles protectrices. Mais avant cela, laisse moi poursuivre ma petite histoire. Nous sommes maintenant au milieu de la nuit et la clarté des torches vacille dans l’appel d’air glacé qui s’engouffre soudain. Tous inclinent alors la tête pour ne pas croiser le regard de celle qui s’avance, enveloppée dans une longue cape noire. Elle est d’une beauté stupéfiante, de cette beauté sauvage des enfants du Khrêsterion. De longs cheveux auburn cascadent en boucles rebelles autour d’un visage espiègle.

Elle est grande, presque aussi grande que les gardes qui l’entourent. Elle sourit et ses dents sont autant de perles dans un écrin de velours rose. Elle pourrait damner nos saints d’une seule oeillade assassine. Ses maîtres ont patiemment construit son intelligence et le langage des anges n’a plus de secret pour elle. La magie enokéenne a modelé ses perceptions en les étendant bien au-delà de nos pauvres et humaines limites. Elle s’appelle Mélusine, ce qui signifie, vous le savez, la bâtisseuse. Elle s’assied sur la sellette, en disposant soigneusement sa cape autour d’elle. Une étrange atmosphère s’installe dans la salle capitulaire. L’éclat des torches se ravive brusquement quand la prêtresse lève ses bras soudain dénudés vers la voûte enténébrée :

« Eveille-toi, Ô noble et puissante force draconique,
Eveille-toi en moi et rayonne à travers tout mon être !
Ô souffle des dragons, grands et sages,
Faites de mon esprit un réceptacle de la Vérité !
Manifeste-toi en moi et rayonne à travers mon être !
Draconis... Draconis.. Draconis ! »

Les ombres projetées sur les murs dansent une sarabande ensorcelée. Immenses dragons de nuit glissant entre les ogives, terreurs oubliées aux ailes déployées, frôlant en sifflant les conseillers pétrifiés.

« Je suis Mélusine et je m’avance au coeur de cette nuit drapée dans la force des dragons, pour protéger le royaume. Souvenez-vous, au temps jadis, bien avant la Chute des Hommes, dans une langue maintenant oubliée, le mot « Darkamei » signifiait « voir, regarder ». Il a donné naissance au mot « Dragon ». Ainsi, toute la force du Dragon réside non dans sa cuirasse, ses griffes ou son feu mais bien dans son oeil.

Le Roi des Steppes avance aussi sûrement que le fléau de Dieu. Les légions noires des peuples déchus le suivent. Ils seront bientôt là, ils seront là demain, à nos portes, juste de l’autre côté des murailles tutélaires, menaçant notre paix et notre harmonie. Les gémissements des cornes de bataille s’élèveront sur la plaine. Avez-vous déjà vu une charge d’exogenétics ? Cela dépasse toute imagination ! Avez-vous entendu les affreux meuglements des taureaux de combat dressés pour tuer ? Non bien sûr ! Le Roi des Steppes frappera trois fois le battant de la porte du Soleil. Au troisième coup, l’obscurité voilera le jour. C’est écrit dans les astres. L’éclipse sera totale durant 6 minutes 6 secondes et 6 fractions. Le nombre de la bête.

Conseillers, il vous faut rappeler le ban et l’arrière-ban, les seigneurs et les barons des terres intérieures. Rassemblez les blancs pavillons des chevaliers sauroctones, l’élite de nos troupes. Il vous faut invoquer aussi les trois Vradysconns : Daraco, Paetryn Daraco et Aethyr Daraco car nous aurons grand besoin des forces conjuguées du Feu, de la Terre et de l’Air pour repousser l’assaut des forces du Mal.

En vérité je vous le dis aussi, la vie croît en moi. C’est le cycle immuable des choses. Cette vie frémissante, ans défense, aspire à naître dans un monde préservé des mutations cellulaires, éloigné des catastrophes écologiques qui ont suivi la Grande Chute. Les Maîtres du Khrêsterion, guidés par l’esprit divin, n’ont pas choisi en vain. La conjonction était favorable pour que le lent processus de création s’immisce en moi. La force du Sigillum Dei Aemeth, le pentacle de cire, s’est déversée alors au plus profond de mon être pour se mêler intimement à la segmentation holoblastique. C’est le gage de ma fidélité.

Demain, les anges descendront parmi nous pour combattre à nos côtés. Ce jour glorieux verra l’Ange Nalvage ouvrir le Livre Saint pour enfin en révéler le sens. Les bataillons du Roi des Steppes seront frappés de stupeur sacrée et les lames brillantes de nos armées faucheront une moisson infinie d’âmes, les libérant enfin du joug démoniaque. Le crépuscule sera rouge du sang impur qui coulera comme un fleuve impétueux jusqu’à l’antique Mare Nostrum qui, asséchée, boira cette source jusqu’à la dernière goutte. Beaucoup d’entre nous ne verront pas la fin du jour, martyrs d’une foi inébranlable, héros d’un futur épargné. Leur sacrifice ne sera pas oublié : leurs noms formeront la trame d’une route ensoleillée qui nous mènera à nouveau vers les étoiles. Là où nous devrions être. Notre destin, aussi sûr que la vie pousse en moi, s’écrit en lettres d’or dans l’écrin des cieux !

Alors ne baissez pas vos regards vers la fange et l’ordure, le passé et ses erreurs, les monstres et les mutants. Soyez insensibles aux sirènes qui supplient pour mieux vous précipitez vers votre perte. Fortifiez votre foi et levez les yeux vers le ciel qui vous attend. Ne quittez pas cet espoir. Le ciel vous attend...mais pas longtemps. La patience n’est pas divine. »

Sur ces derniers mots qui ont résonné comme une menace dans mon âme, belle enfant, Mélusine s’est tue. La cape a glissé sur ces épaules et elle est apparue, vêtue comme à son premier jour, exposant à tous les lignes parfaites de son corps à la blancheur d’albâtre. Elle ne se pressa pas, me semble-t-il, pour se rhabiller. Les gardes de son Ordre l’emmenèrent vers la Tarasque qu’elle toucha simplement d’un frôlement de doigts avant que les gardes du Protecteur l’accompagnent vers l’endroit où se tenait Rinne Go. Elle se tint droite sans jeter un seul regard vers son compagnon.

Tu souhaites connaître avant tout le monde le dénouement de cette histoire, gentille damoiselle ? Alors laisse-moi glisser quelques mots à ton oreille coquine. Quoi, tu rougis ? Libre à toi mais tu devras alors patienter encore quelques heures pour connaître, comme tout un chacun, le sort réservé à notre royaume. Tu secoues la tête ? Es-tu prête alors à payer le prix ?


To be continued

M.


  
Ce message a été lu 4581 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2006-12-07 19:42:54 

 Commentaire Maedhros, ex n°6Détails
D'abord un détail technique dans le texte n°1: "l'assistance resta coi". Malheureusement, coi est un adjectif, dont le féminin est "coite", ce qui n'est pas très heureux à l'oreille...
Mais venons-en au fait!

Pas facile de commenter ce texte ! Tu te caches derrière tes histoires, un poisson s’y noierait !
Certes, l’homme dit le plus souvent « nous » et la femme « vous » : l’auditoire serait-il en majorité masculin ?
Certes, la femme use de son corps et elle est enceinte ; mais ce n’est pas du langage.
En fait, si on enlève la grossesse, on pourrait facilement changer le sexe des personnages sans que ça choque. Je dirais même plus, je trouve l’homme plus féminin dans son parler que la femme ! Il parle de couronnes de fleurs, d’humanité, de sentiments de colère et de peur, il parle d’amour...
La femme parle de force, de puissance, de combat, de sacrifice glorieux, d’être insensible... Alors oui, on peut imaginer un homme sentimental et une femme insensible, mais on est quand même loin des archétypes... et c’était quand même un exercice... où tu t’es bien amusé à brouiller les cartes, pour que j’y perde mon latin, coquinus maximus !
Je serais ravie que tu uses de ton droit de réponse !
... ce qui ne doit pas t’empêcher d’écrire l’épilogue promis ...


NR, sancta simplicitas !

Ce message a été lu 4985 fois
Maedhros  Ecrire à Maedhros

2006-12-07 21:53:03 

 De honte, je me réfugie sous la coite!Détails
C'est vrai que le féminin n'est pas là où on le croit (une coite qui manque d'air!) De fait, cette confusion est venue presque par hasard : quand j'ai commencé à écrire le texte 1, une phrase rappelle Tiresias, le devin aveugle, par un biais très improbable (l'oracle masculin dit qu'il y a eu plus d'eau que de terre) :

"Take a little trip back with father Tiresias (...)
Once a man, like the sea I raged
Once a woman, like the earth I gave
But there's in fact more earth than sea"

( genesis - The cinema show - 1973 )



Ensuite, dans le Khrêsterion, l'ambivalence règne (les gardes sont d'ailleurs ni hommes ni femmes) ce qui peut expliquer que les oracles sont moins sexués que les autres habitants du royaume des Cieux.

Enfin, il y a aussi 2 autres protagonistes (le narrateur et la courtisane) qui illustrent certainement l'aspect masculin/féminin et qui ne seront sans doute pas si passifs que ça dans l'histoire!

Mais je sais très bien que j'ai lourdement chargé la barque de pas mal de motifs secondaires (Chorda semper oberrat eadem) .

Eu égard à sa longueur, je pense que je vais proposer à Fladnag de publier le texte in extenso dans la partie Librerie (c a d prologue +acte 1 + acte 2 + épilogue).

In cauda venenum, je ne suis pas sûr d'être le seul à avoir virilement chargé le personnage féminin!

M

Ce message a été lu 4525 fois
Fladnag  Ecrire à Fladnag

2006-12-08 11:40:58 

 WA 6 - Commentaire Maedhros (P+1+2)Détails
Je voulais attendre l'épilogue pour commenter, mais j'ai peur de me faire taper sur les doigts (genre : n'oublie pas de commenter !) par une certaine sorcière rouge ;o)

J'ai également trouvé que les langages masculins/feminins n'étaient pas assez marqués, ce qui était le but de l'exercice apres tout. J'ai cru également apercevoir l'auteur derriere chaque orateur, peut etre a cause de ce manque de contraste, ils ont l'air d'être une seule et même personne.

Le choix de la femme pour la guerre et de l'homme contre la guerre ne me choque pas plus que ca, et c'est apparement le parti pris également par Elemmirë. Apres tout... Athéna est la déesse de la guerre !

Autre chose qui m'a un peu choqué : Peut etre les protagonistes sont ils tous déjà au courant de tout les détails, mais j'ai trouvé que l'argumentation des deux orateurs se fondaient uniquement sur les sentiments et leur charisme, et bien peu sur une volonté de convaincre animée par des faits. Chacun essaye de convaincre l'auditoire que son choix est le bon "parce que le futur doit se dérouler ainsi". C'est d'autant plus dommage que tu as montré dans les WA précédents que tu pouvais exposer avec brio des points de vues différents de memes faits (mais peut etre etait-ce volontaire pour ne pas retomber dans cet exercice)

Sinon... pas de problème pour une publication future en participation libre ;o)

Ce message a été lu 4777 fois
Estellanara  Ecrire à Estellanara

2006-12-08 12:51:34 

 Pente glissanteDétails
Justement, le piège n'était-il pas de tomber dans des archétypes ? C'eut été trop facile... Où commencent réellement les différences entre les hommes et les femmes et où s'arrêtent nos préjugés, les images d'Epinal, le carcan de notre éducation sexiste ?

Est', pensive.

Ce message a été lu 4706 fois
Maedhros  Ecrire à Maedhros

2006-12-08 14:22:53 

 Mantique.Détails
Effectivement, à l'instar des autres auteurs, l'approche sexuée de homme/guerre femme/paix m'a paru trop "logique" (un vieux reste de machisme, ayant trop joué aux petits soldats de plomb dans ma prime enfance).

J'ai donc utilisé une licence pour m'exonérer de l'obligation de "sexuer" les deux interventions : j'ai recouru à l'oracle. En Grèce, l'oracle était "la réponse donnée par un dieu que l'on a consulté à une question personnelle, concernant généralement le futur. De tels oracles ne peuvent être rendus que par certains dieux, dans des lieux précis, sur des sujets déterminés et dans le strict respect de rites : la prise d'oracle s'apparente à un culte" (wikipedia).

Donc, l'argument premier de l'oracle n'est pas de convaincre mais de révéler. Dans cette histoire, il y a 2 oracles visiblement inspirés par des factions différentes de divinités (rappelez-vous la guerre de Troie qui a déchiré aussi les Dieux ).

Grâce à cet élément qui, je vous le concède, frôle le "hors-jeu" semantique, je fais d'une pierre 2 coups :

- je m'affranchis de devoir aligner des arguments masculins/féminins visant à convaincre l'assemblée.

- je repousse l'arbitrage au-delà des prophéties des 2 oracles : c'est une autre "sainte trinité" (la Tarasque, le Protecteur et la Diseuse de Vérité) qui apportera la réponse (Décision) au Roi et à ses conseillers. Il y aura donc un dernier rite qui scellera le destin de ce royaume (objet du prologue).

Plus un coup secret : je suis le Dieu qui inspire les 2 oracles ce qui explique le parallélisme de leur divination (juste pour le fun....).

Ouf, j'espère ne pas avoir été trop alambiqué dans mes explications. Et puis, je suis au regret de vous apprendre que Brio a claqué la porte avant cette histoire!

M

Ce message a été lu 4507 fois


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 2954 ms - 178 connectés dont 1 robot
2000-2020 © Cercledefaeries