Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA 127 : participation partie 1/3 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Estellanara  Ecrire à Estellanara
Page web : http://estellanara.deviantart.com/
Date : Mercredi 25 mai 2016 à 10:00:01
Et crac! me revoilà parmi vous avec, une fois n'est pas coutume, des vers !
Mon respect de la consigne est, comme d'habitude, un peu approximatif...
Je me suis inspirée de La charogne de Baudelaire pour la rythmique. C'est de loin mon poète favori. Je lui emprunte également mon titre.
Mère planète, que c'est compliqué les histoires de rimes féminines et tout ça ! Pourquoi ai-je voulu essayer de respecter ça ?! Et folle que je suis d'avoir fait aussi long !

Je remercie comme toujours le dictionnaire des synonymes en ligne de l'université de Caen mais aussi la liste des figures de style de Wikipedia et le dico des rimes (qui est bien utile pour faire penser à des mots qui n'y figurent pas) !
Il y a pas mal de défauts. J'ai pas réussi à faire mieux. Si vous avez des suggestions, je prends !


Amours décomposés





Il ne se hâte pas, nul entrain ne l'anime,
Ses sabots fourchus sont pesants.
Sur la route lugubre il traverse l’abîme,
Il foule des mots hésitants :

"Hélas, j'ai cru bien faire...", ou "je ne pensais pas..."
Sans cesse, gravés sur les dalles.
L'habitude est son guide, il se traîne, il est las,
Un profond soupir il exhale.

Cette route traverse une plaine de cendres,
Où le ciel est de marbre noir.
Très loin, à l'horizon, parfois on peut entendre
L'écho bruyant du désespoir.

Traînant derrière lui, sa queue réticulée,
dans les scories trace un sillon;
Les flammes de ses yeux depuis longtemps soufflées,
Il n'en reste que des charbons.

Ses larges ailes pourpres, autrefois droites et fières
Battent indolemment ses flancs,
Mats brisés d'un vaisseau rejeté dans les terres
Par la furie de l'océan.

Maudissant le destin qui le fait tant souffrir
Il s'arrête et, amer déplore :
"Je languis, j'agonise, et je ne puis mourir..."
Puis repart, se traînant encore.

Le voici parvenu au bout de son chemin :
De hautes grilles de ténèbres,
C'est là que chaque jour, sans faillir, il s'en vient
Accomplir son rite funèbre.

Cette enceinte sacrée, aussi impénétrable
Que les voies du vieil ennemi,
Est garnie d'une ronce au venin effroyable :
Qui y touche aussitôt périt.

Elle dure aussi loin que mène le regard,
Seulement percée de la Porte
Qu'encadrent deux cerbères, énormes, au teint blafard,
Yeux de vif-argent mais chair morte.

Ils ont de larges ailes et de longs bras griffus,
Des coeurs de pierre et de colère
L'un a sonné du cor et le monde s'est tu,
Guettant quelque funeste affaire.

Il s'était arrêté; immobile, il patiente,
La Porte tremble sur ses gonds.
Elle lâche en grinçant un long cri d'épouvante.
Fébrile, il réprime un frisson.

Un premier feu follet, craintif, franchit les grilles,
Lévitant, dans l'air surchauffé.
Les deux gardiens lui jettent un regard où scintille
Un sombre éclat halluciné.

Ils se sont détournés et l'âme a poursuivi
Sa course au-dessus de la plaine
Jusqu'à la fin des temps sa place est bien ici,
Dans le royaume de Géhenne.

D'autres flammèches arrivent à la Porte à présent,
En frémissant elles se pressent,
Éclats bleutés, sifflants, au vol virevoltant,
Nouveaux résidents de l'Hadès.

Plus d'un million de fois, ici, il est venu,
Empli d'une folle espérance,
Plus d'un million de fois, il s'y est morfondu,
Puis, il a repris son errance.

Il ne croit plus vraiment qu'elle va apparaître,
Il sait qu'elle ne viendra pas.
Les âmes ont afflué devant leurs nouveaux maîtres
Transies de leur récent trépas.

Les heures ont défilé, les gardes ont clos la grille.
Est-ce la nuit ? Est-ce le soir
Dans ce sombre pays où nul soleil ne brille ?
Il s'en va, plein de désespoir.

Sur sa joue une larme, aigre vient d’apparaître
Et s'évapore en grésillant :
"Ne suis-je pas le plus infortuné des êtres ?
Écrasé par mille tourments ?"

A suivre...
Est', tout simplement exténuée.


  
Ce message a été lu 4229 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
3 WA 127 : participation partie 2/3 - Estellanara (Lun 22 aou 2016 à 12:48)
       4 WA 127 : participation partie 3/3 - Estellanara (Jeu 1 dec 2016 à 17:44)
              5 Comentaire Estellanara, exercice n°127 - Narwa Roquen (Dim 12 fev 2017 à 23:15)
                   6 Merci pour ta lecture ! - Estellanara (Mar 14 fev 2017 à 11:51)
              5 La salsa du démon. - Maedhros (Dim 18 dec 2016 à 19:48)
                   6 Merci pour ta lecture ! - Estellanara (Lun 19 dec 2016 à 15:52)
              5 WA 127 Estellanara - Commentaire - Asterion (Jeu 1 dec 2016 à 22:51)
                   6 Merci pour ta lecture ! - Estellanara (Mer 7 dec 2016 à 12:30)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 545 ms - 196 connectés dont 2 robots
2000-2021 © Cercledefaeries