Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA, exercice n°127, participation Voir la page du message Afficher le message parent
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Mardi 4 fevrier 2014 à 23:13:25
Colline



Sur la colline de Marvaux
Quand je suivais mon père
Avec son fusil sur le dos
Avec sa gibecière

Je courais comme un jeune chiot
Ca le faisait sourire
La journée passait sans un mot
Ses yeux savaient tout dire

Lorsque j’eus du poil au menton
Sur ma chère colline
J’emmenais Clara ou Ninon
Parfois une voisine

Je connaissais chaque buisson
Et pour mes amoureuses
J’inventais des lits sauvageons
Sur ma cape moelleuse

La guerre a éclaté ; alors
J’ai résisté tout comme
Mes amis. On narguait la mort
Avec des rires d’homme.

Discrets, de la colline au bois
Du bois à la colline
On passait mitraillette ou foie
Pâté, message ou fine.

On faisait exploser les rails
On passait la frontière
Avec des fuyards – un travail
Dans l’ombre et le mystère.

J’ai marié Suzie. Souvent
J’ai guidé ma jeunesse
-Lucile, Aurélie, Laurent,
Mes diamants, ma richesse-

Sur ma colline en fleurs. Là-haut,
Je leur montrais les traces
Des lièvres, des chevreuils. Tayaut !
Ils traquaient comme en chasse

Mais je ne tirais pas. La mort
Avait suffi. Leurs rires
Etaient lumineux, sains et forts.
Je souriais sans rien dire.

Suzie et Laurent sont partis.
Mes filles sont malades,
Clouées à jamais dans leurs lits.
Moi, je pars en balade,

Chaque jour au soleil levant.
La vie se fait geôlière
Pour me garder toujours vivant.
La vie ! Qu’ai-je à en faire ?

Je n’ai plus mes jambes d’avant
Mais je n’ai pas de canne.
Mon chien soupire en m’attendant
Et patient me condamne

A le rejoindre. Et je me dis
En foulant cette terre
Que j’aimerais mourir ici
Entre blés et bruyère.

Le soleil me tiendra la main
Les oiseaux en aubade
Me guideront de leur refrain
Vers l’ultime balade.

Entre terre et ciel à jamais
Si Dieu jette une graine
Joyeux je m’enracinerai
En orme, en hêtre, en chêne ?

J’abriterai les tourtereaux
Les vagabonds rebelles
Sur la colline de Marvaux
Ma belle amie fidèle.
Narwa Roquen, qui court après le bus...


  
Ce message a été lu 4778 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
3 WA 127 Narwa : commentaire - Estellanara (Mer 25 mai 2016 à 14:53)
3 L'or de la colline... - Maedhros (Dim 16 fev 2014 à 16:58)
3 Bon d'accord... - Elemmirë (Mer 5 fev 2014 à 07:45)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 528 ms - 317 connectés dont 2 robots
2000-2021 © Cercledefaeries