Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Apesanteur! Voir la page du message Afficher le message parent
De : Maedhros  Ecrire à Maedhros
Date : Lundi 12 novembre 2012 à 20:10:30
C’est une histoire prenante et très bien construite. Le titre, tout d’abord, l’illustre fidèlement et il claque bien. J’ai apprécié bien évidemment les références à la mythologie égyptienne mais aussi à la tradition chrétienne (la balance de Saint Augustin), et tu connais mes goûts en la matière !

En outre, c’est un texte très visuel, presque cinématographique. Le décor est dépouillé à l’extrême mais il se construit à l’infini sur une même image qui se transforme insensiblement. Au début, on pourrait penser à « Cube », le film où les protagonistes étaient aussi enfermés dans des cubes. Il y a également des petits côtés à la « Inception » dans cette façon de sauter de réalité en réalité ! Deux belles références. Oui, cette histoire est très graphique. Le côté miroir est renforcé par les répétitions volontaires du début des paragraphes où le héros se perd pour mieux se reconstruire.

J’aime aussi son intemporalité et sa liberté, sans amarre au concret. Tu brodes à partir d’un drame qui n’est pas évoqué ou très incidemment. Cela permet justement de mieux se focaliser sur cette ivresse de la dépossession. J’ai songé à ces peaux de lézards dont l’animal se débarrasse une à une. Pour moi, c’est comme ça que fonctionnent ces reflets. Ils tirent la couche superficielle du héros et l’oblige, à chaque fois, à recomposer son identité. Les reflets lui retirent toutes ces pelures d’oignon pour le laisser, à la fin des fins, vierge et innocent, au sens premier des termes.

La fin justement est également bien trouvée avec l’apparition de ces deux « juges ». Ils donnent d’abord tout son sens au titre et ensuite ils jouent encore une fois avec les reflets. Le Bien et le Mal ne sont-ils pas en quelque sorte eux aussi des reflets? La femme en rouge est un fantasme de l’attraction ou de l’attirance féminine, qui en a mené plus d’une au bûcher. Cela colle bien à son côté démon! J’ai plus de mal avec le barman, apparemment angélique, mais les deux juxtaposés, cela marche ! L’oiseau, qui complète la trinité, est souvent le messager qui annonce l’augure et qui est envoyé par les Dieux. Le fait que cela soit l’Ange qui le transforme en corbeau (oiseau de mauvaise augure) est aussi bien trouvé.

En définitive, c’est un très bon texte que tu nous as livré là, fluide dans sa narration et puissant dans ses fondements, enveloppé d’un voile de mystère réussi. Le titre est idéalement choisi et fait honneur au texte. Oui, c’est un sacré bon texte... que j’aurais aimé écrire.

Au rayon des bricoles :

- Personnellement, je n’aurais pas mis « moi » au pluriel.
- Des millions d’ondulations.
- Il n’y a moins de trois mètres : il y a moins de trois mètres...

Ah oui, j’allais oublier. La consigne est parfaitement respectée !

M


  
Ce message a été lu 3247 fois

Smileys dans les messages :


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 103 ms - 211 connectés dont 1 robot
2000-2019 © Cercledefaeries