Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA - Participation exercice n°53 (fin) Voir la page du message Afficher le message parent
De : Maedhros  Ecrire à Maedhros
Date : Vendredi 6 fevrier 2009 à 23:36:03
Je sais, ma nature profonde de Noldor a repris le dessus. Je ne pense pas que vous me croirez si je vous dis que ce texte est comique. Et pourtant, il l'est... à un autre degré!

----------------------

LA MORT ET LES TAXES (suite)

Elle referme doucement la porte du conseiller économique en souriant. Un air d’adolescente espiègle passe rapidement sur son visage : elle a eu gain de cause. Pour cela, elle a utilisé toutes les stratégies de négociation apprises dans les plus obscures fumeries d’opium d’Extrême-Orient. Là, au milieu des nuages psychotropes, les yeux mi-clos et la pipe en os de buffle au coin des lèvres, elle a signé de juteux contrats avec les émissaires infréquentables de la terrible Sun Yee On ou avec les tordus de la Bande des Quatre Mers. Elle a fait ainsi ses premières armes pour la Gondole Bleue, la maison mère vénitienne. Elle a été une bonne élève. La perfection de ses adorables traits a conquis les coeurs et ouvert les carnets de chèques des consortiums chinois pourtant réputés pour leur intransigeance. Les traitements MIU furent un viatique inestimable. Les docteurs généticiens de la Sérénissime se sont surpassés. Elle tient de l’ange et du démon. Un ange à la blondeur vénitienne et un démon dans ses yeux allongés. Ange et démon unis pour consacrer sa beauté et infliger les pires tourments à ses amants de passage. Car la belle est volage. Péché véniel. Elle est autrement douée pour concevoir des montages juridico-financiers qui défient l’imagination débridée des théoriciens économiques les plus brillants. Elle est capable de mettre en place des circuits d’évasion fiscale qui peuvent berner les meilleurs limiers du Sénat Romain. Mais elle ignore qu’il existe une compagnie occulte qui réunit quelques poignées de spécialistes fiscaux, sélectionnés dès la naissance, encore plus féroces, encore plus intelligents, encore plus vindicatifs, qui ont placé leur mission bien au-dessus d’un sacerdoce. Elle n’a jamais entendu parlé de la Sainte Inquisition Fiscale dont les pouvoirs sont quasi-illimités. Nul n’en a jamais entendu parlé d’ailleurs. Le recours à la SIF intervient lorsqu’il existe non pas une présomption – cela serait déjà suffisant pour envoyer un tueur – mais une absence trop évidente de présomption. Li-Anne est condamnée. Elle l’ignore mais c’est un fait. Tout à l’heure, la course de Jay va croiser à la sienne.

Elle appelle l’ascenseur. Les bureaux de l’attaché économique sont situés au 75ème étage du siège de l’O.E.U. Li-Anne repart avec l’accord commercial qu’elle réclamait. Les protectorats aztèques de la péninsule vietnamienne devront lui ouvrir leurs frontières et abaisser leurs droits de douane actuellement exorbitants. Pendant que la nacelle file vertigineusement vers le sol, elle imagine l’attaché toujours vautré sur le canapé, en train de réajuster son uniforme avec la honte au front. Après, elle lui a narquoisement lancé un minuscule mouchoir jetable avant de lui tendre son stylo en or et platine - un cadeau d’un potentat gaulois à la moustache tombante - avec lequel elle signe tous les documents importants à ses yeux. Le démon a dansé furieusement pendant qu’elle corrompait cette nouvelle âme. L’ange a soupiré mais a fermé les yeux. Il a l’habitude. Li-Anne est une vraie machine à broyer ce qui se dresse entre elle et son but, pour le plus grand bénéfice de la Gondole Bleue et de la Sérénissime.

En sortant du prestigieux bâtiment, elle traverse l’immense esplanade bordée par les gigantesques statues des dignitaires qui se sont succédés à la tête des empires. Elle a un faible pour Ponce-Pilate qui a dirigé le Sénat Romain plusieurs siècles auparavant en ayant su s’entourer des meilleurs conseillers, notamment un certain Jésus de Nazareth, qu’il avait ramené de son séjour en Palestine, pour le soustraire à une vindicte populaire. Elle se hâte pour rejoindre l’avenue des Temples, la plus longue avenue de la Nouvelle-Angoulême où s’alignent plusieurs centaines de temples consacrés à toutes les divinités des panthéons impériaux. Elle veut offrir un sacrifice à Hermès, le Dieu du Commerce et des Voleurs qui a favorisé ses démarches. Elle note mentalement d’acheter quelques langues d’animaux et une petite amphore de lait auquel elle ajoutera du miel. Le Dieu appréciera. N’a-t-elle pas été toujours une bonne zélatrice ? A-t-elle jamais manqué de le remercier pour tous ses bienfaits?

Elle parvient de l’autre coté de la place qui débouche sur les grandes artères de la mégalopole. Un flot ininterrompu de véhicules s’engouffre au pas sur Tempus Fugit, le boulevard central noyé dans la lumière violente de néons tapageurs rivalisant avec le soleil qui gravit péniblement le ciel. Un immense chronographe à diodes lumineuses égrène le temps qui passe. Juste au-dessous, les valeurs boursières défilent en clignotant. Quelques légionnaires en goguette sifflent les jolies amérindiennes qui pouffent sans se retourner. Li-Anne leur adresse un salut poli. La 102ème légion, stationnée ici, figure parmi l’élite des armées romaines. Elle connaît intimement un centurion particulièrement adroit et beau garçon. Grand, brun et ombrageux Avec des yeux du même bleu intense que le ciel au-dessus de Rome. Le type d’homme qui lui convient.

Juste derrière Tempus Fugit, se trouve la petite Rome, le quartier romain de la Nouvelle-Angoulême. C’est là-bas que se trouve la boutique dans laquelle elle trouvera les ingrédients du sacrifice. La boutique importe tous ses produits de l’Empire Romain. Les prix sont chers mais l’argent n’est pas son problème. Encore quelques dizaines de pas.

Elle remarque à peine la bouche de métro qui déverse de gros contingents de fonctionnaires impériaux et d’employés de bureau. Elle se fraie un chemin à travers la foule qu’elle remonte à contre-courant. Elle va vers le nord alors que le quartier des affaires est au sud, dans son dos. Sa somptueuse plastique, sa haute stature et son maintien de princesse vénitienne forcent le respect des classes laborieuses qui s’écartent précautionneusement. Elle appartient à la race des seigneurs. Pourtant, brusquement, il y a comme une ombre qui passe devant le soleil, une bouffée de glace qui pince son coeur, une griffe qui transperce son âme. Une prémonition. Une sensation de panique à peine esquissée qui s’évapore déjà. Puis tout redevient lisse et brillant, vivant et merveilleux. Il ne reste qu’une gêne à peine perceptible. Li-Anne regarde autour d’elle. Aucun détail n’arrête son regard. Rien n’alerte sa vigilance. Elle hésite à rameuter ses gardes personnels. Elle sait qu’ils ne sont pas loin. Invisibles.

Elle sent une main sur son bras et c’est déjà trop tard. Une lame s’enfonce profondément sous son aisselle. La douleur explose, la pliant en deux. Quelque chose la soutient pour qu’elle ne tombe pas. Une présence masculine qui la retient fermement. La lame fouille plus loin encore. Chairs traumatisées. Blessures mortelles. Une voix grave et modulée lui parvient de très loin, mais les mots sont parfaitement compréhensibles :

« Selon les dispositions du code général des impôts, vous avez été convaincue de dissimulation de matière imposable. Le tribunal de la Sainte Inquistion a rendu sa sentence. Je réclame aujourd’hui le paiement de la créance que l’Empire Romain détient sur vous. Principal, majoration et intérêts de retard. Je n’accepte qu’un mode de règlement : votre vie sans résurrection possible. Amen. »

Jay a accompli sa tâche. Il laisse le corps sans vie de Li-Anne s’affaisser sur le trottoir. Il escamote la longue lame avec laquelle il a recouvré la créance impériale. Il grimace légèrement. Un des gardes de la fraudeuse était costaud. Un expert. Un ninja. Un shaken acéré a percé sa défense et a lacéré son épaule gauche. Une cicatrice de plus.

Jay soupire en s’éloignant de la créature de toute beauté qui gît sur le béton. Il place ses intra-auriculaires et appuie sur la touche « marche » de son baladeur. Les premières notes d’un piano solitaire le transportent ailleurs, là où n’existe que la musique. Et c’est tant mieux....

M


  
Ce message a été lu 5131 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
4 Exercice 53 : Maedhros => Commentaire - Estellanara (Lun 24 aou 2009 à 17:21)
4 Commentaire Maedhros, exercice n°53 - Narwa Roquen (Dim 8 fev 2009 à 22:41)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 1171 ms - 160 connectés dont 1 robot
2000-2021 © Cercledefaeries