Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Commentaire Shaana, exercice n°38 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Mardi 3 juin 2008 à 17:27:45
Effectivement, on a l’impression que tu t’es laissée emporter par un courant un peu fort... La maîtrise de l’inspiration est une des tâches les plus difficiles, mais c’est déjà bien d’en avoir !
Ca commençait bien pourtant, avec une jolie phrase « son regard suivait les crêtes etc... », et puis tu racontes, tu racontes... la préparation, le départ, la traversée, l’arrivée, le combat, et la scène finale. Tu t’es un peu perdue dans les détails, et tout est raconté sur le même rythme, à part la scène finale sur laquelle je reviendrai plus loin.
Il s’agit d’une histoire de rencontre, or tout le texte est basé sur l’homme, et on ne voit la femme qu’à la fin. Tu aurais pu la montrer un peu...

La préparation : c’est minutieusement décrit, mais il ne se passe rien. Ton héros est un jeune homme plein d’énergie, que tu décris frustré de ne pas revoir la belle Ichtanne... et il ne désobéit pas, même la nuit, pour essayer de la revoir ? Y a plus de jeunesse ! Tu dis que la frustration et la colère l’aident à parer les coups à l’entraînement, je n’en suis pas si sûre. A attaquer comme un beau diable, oui ; à faire attention aux coups... Tu t’es déjà mise en colère ?

Le départ : On s’attendrait à ce que Krota « chauffe » un peu plus ses hommes, et que ceux-ci répondent par des cris, des chants, un mouvement de foule... Ils sont inquiets, ils partent se battre et peut-être se faire tuer, il faut qu’ils soient enthousiastes et déterminés pour ne pas avoir peur !

La traversée : bonne idée, celle des Ichtannes qui plongent. Mais tu ne dis pas pourquoi... Là aussi, le hasard (ou toi) aurait pu faire que les deux jeunes gens échangent un sourire, un regard... Le vomi c’est très réaliste, mais ton héros, qui n’a jamais navigué, pourrait se poser des questions sur la mer, l’immensité, la profondeur, être impressionné par les vagues, gêné par l’instabilité du sol... Tu es restée au dessus du bateau, tu n’étais pas dedans ( et nous non plus, du coup).

L’arrivée : la description est bonne. Là aussi, il faudrait un peu plus de feu dans le discours de Krota et la réponse des hommes. Tu as esquissé, mais il faudrait que ça prenne un peu plus le lecteur, il faut que le lecteur ait envie d’aller se battre à leur côté, c’est les Gentils, non ?

Le combat : Ca pourrait être de l’heroïc fantasy, mais tu réduis le combat à quelques lignes ! C’est dommage ! Tu aurais pu faire trembler le lecteur, lui faire admirer le courage de ton héros qui se serait battu comme un lion en pensant à sa belle, elle aurait pu le revoir avant qu’il ne monte à l’assaut, ou quelqu’un le protègerait parce que lui doit absolument survivre – et là le lecteur se demande : tiens, serait-il autre chose qu’un simple guerrier ?

La scène finale : deux semaines de coma, c’est long ! Le dialogue en semi-télépathie OK, mais alors mets les pensées en italique, comme ça le lecteur s’y retrouve. Et à la fin le héros se remet à parler ( c’est quand même extraordinaire ce qui lui arrive !). Il faudrait qu’il prenne un peu d’épaisseur, ce personnage ; il est jeune, bon, mais pour un Elu, il est un peu fade !

Après, il y a quelques détails à revoir :
- « Voici seulement trois jours... » : incompatible avec une phrase au passé
- « Peu lui importait que ce furent les corvées... » Il faudrait « que ce fussent... » et la phrase est lourde ! « Peu lui importait qu’on lui ait attribué les corvées... » passe mieux
- « Ses journées avait été tant ( tellement serait mieux) remplies que... son oncle. » Problème de rythme. L’oncle à la fin est un peu seul, et le rythme haché le met en position de surprise, alors que c e n’en est pas une. J’aurais dit « la tente où depuis bien des heures déjà s’était allongé son oncle. » : plus de virgule, plus de cassure de rythme.
- Peaufiner : familier
- « à chaque fois » : « chaque fois »
- « plage adossée » : une maison est adossée car elle a une paroi verticale, un dos. Une plage est surplombée par une falaise.
- « ...sa détermination et surtout qu’un plan... » : la mise sur le même plan d’un nom et d’une phrase heurte un peu
- « tripes », « idiots » : familier


Enfin, l’orthographe :
Beaucoup de problèmes avec l’accord verbe/sujet.
- « On lui avaient attribuées » : on est singulier
- « la frustration et la colère... » : 2 sujets, donc « étaient telles »
- « aucun des hommes n’avaient jamais vu... » : le sujet est « aucun »
- « Chacune des barques étaient... » : le sujet est « chacune »
- « tous s’efforçait » : le sujet est pluriel
- Je sais que c’est paradoxal, mais « il était devenu une chose nauséabonde », pas « devenue ».
- « Les armes s’étaient tu » : tues
- « Tu es restée » : c’est une fille !
- « apposant » prend deux « p »
- Et l’Ichtanne par moments perd sa majuscule...


Ne te décourage pas. Prends une semaine de plus s’il le faut, pour les WA, mais relis-toi, de préférence à quelques jours d’intervalle, et pose-toi sans cesse les mêmes- questions : De quoi je parle ? Quel est le meilleur style pour ça ? Comment est mon héros ? En étant comme ça, que va-t-il faire ? Quels sont les temps forts de l’histoire ? Où est-ce que je peux accrocher le lecteur (originalité, action, émotion, réflexion, surprise...) ? Est-ce que ce détail est vraiment utile ? Est-ce que cette phrase sonne bien ? Qu’est-ce qui est vraiment important ?
Il te manque juste du travail. Ca, c’est facile, c’est à la portée de tout le monde. Accroche-toi, ça en vaut la peine.
Narwa Roquen, de plus en plus bavarde...


  
Ce message a été lu 4356 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
4 un petit détail de plus - z653z (Jeu 11 sep 2008 à 17:01)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 666 ms - 214 connectés dont 2 robots
2000-2020 © Cercledefaeries