Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Exercice 16 : Maedhros => Commentaire Voir la page du message Afficher le message parent
De : Estellanara  Ecrire à Estellanara
Page web : http://estellanara.deviantart.com/
Date : Vendredi 6 juillet 2007 à 16:37:10
Waouh ! Il est super long, ce texte ! Je vais être obligée de faire un commentaire super long, alors... Mes impressions au fil de ma lecture :
L’écriture au présent est un parti pris intéressant. Ça me donne faim, cette histoire de saucisson et de pain... J’ai relevé des mots inconnus. Existent-ils ou sont-ils inventés pour donner de la couleur ? Quand Anis évoque sa blonde, on pourrait presque croire qu’il s’agit d’une femme aux cheveux blonds... L’époque est assez floue, apparemment le monde réel, un futur éloigné de quelques décennies. Des indices parsèment le récit : le pétrole est devenu rarissime, on parle espéranto, on en est à la deuxième peste aviaire. Bien vu !
J’ai relevé quelques lourdeurs de style, comme « un signe de luxe et un signe extérieur de puissance » et de concordance des temps comme par exemple « La marche fut brève ».
Le masque « impérial » de la dame blanche est-il un signe de son allégeance ou simplement de sa prestance ? Peu d’indices sont donnés sur les dames blanches, élément pourtant intéressant mais qui reste à peine évoqué. Dans quel but agissent-elles ? Créer le Kwisatz Haderach ?
Le récit s’oriente vers une quête, un voyage initiatique, cathartique peut-être même. Chouette !
Les descriptions sont agréables à lire. Tu glisses un brin de héraldique, l’air de rien. J’apprécie les thèmes écolos, particulièrement à leur place dans un récit d’anticipation.
« Les discours les plus persuasifs furent vains lorsque les comptables et les financiers eurent fini de chuchoter à l’oreille des seigneurs de ce monde » Voilà qui est horriblement probable en effet...
Il est bien décrit ce tableau apocalyptique d’un futur pas si lointain et qui semble inévitable.
« barreaudées » ?? Ca existe ?
La phrase « ce qui doit arriver ne peut pas manquer » rythme le récit mais devient un tantinet répétitive. Cela donne un côté blasé au héros. Y crois-tu, au karma ? J’ai toujours trouvé ce concept décourageant. A quoi bon lutter pour améliorer sa vie, en effet, si tout est joué d’avance ?
Je n’ai pas bien compris pourquoi le remord le quitte dans le camp. Cela me paraît un peu soudain et rapide.
L’aurostère est l’exact contraire de la dame blanche jusqu’au costume. Les détails sont comme toujours recherchés, comme le gène surnuméraire. Tes aurostères ont un côté mythologique, mi parques, mi Charon. Les curieux décalages fantastiques dans un décor réaliste donnent une ambiance à la Salvador Dali.
Tiens tiens, tu ne sembles pas porter les militaires dans ton coeur... Le personnage du capitaine mielleux et parano est assez spécial. J’ai trouvé un peu discordant le style oral parfois familier qu’il adopte. De même, il me semble qu’il ne devrait pas tolérer que ses hommes lui répondent. C’est de l’insubordination...
L’histoire de l’archevêque et du vicomte est particulièrement incongrue et augmente le caractère surréaliste du conte.
Pourquoi le fermier demande-t-il qui était à bord de l’hélicoptère ? Le militaire est-il supposé le savoir ? Cela m’a paru un peu téléphoné. Je me suis demandé également quel était le but de la dame blanche, à influencer tous ces destins enchevêtrés. Une histoire intéressante mais qui m’a semblée un tantinet hétéroclite.

Est', toujours en retard.


  
Ce message a été lu 5629 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
4 Plus avant - Maedhros (Sam 7 jul 2007 à 20:54)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 612 ms - 167 connectés dont 2 robots
2000-2021 © Cercledefaeries